Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  MémoireDuTemps le Mar 25 Sep 2012 - 4:20

Manon, les liens pour cocyclics ne fonctionnent qu'en tant que membre de ce forum...
Comme une amie est agent d'un des auteurs de Kirographaires, je les ai stockés en pages web pour lui communiquer et peux les afficher ici (si bien sûr coyclics n'y voit pas d'obstacle)

Autre chose : j'ai lu que "Kirographaires était parmi les meilleures ventes de la Fnac..".
Oui c'est vrai, pour un livre "Obscure clarté" de Florent Babillote qui est en 78ème placece
Ce qui ne signifie rien en soi.
Et quand on voit les différents témoignages, beaucoup trop se plaignent de choses anormales pour un éditeur sérieux.

__________________________________
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon)
avatar
MémoireDuTemps
Admin

Féminin Nombre de messages : 1517
Age : 47
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire
Emploi/loisirs : lérotte numérique
Votre talent : Écriture
Points : 867
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  richard388 le Mar 25 Sep 2012 - 9:22

Je ne veux pas être celui qui défend systématiquement Kiro qui a sans doute des défauts mais bon... Je le répète pour le moment je n'ai rien à regretter, si ce n'est ne pas avoir été escroqué par les pseudo éditeurs à compte d'auteurs. Pour info j'ai vérifié concernant sur leur blog le livre présenté en tête des ventes. Voici le lien le mettant en sixième position ! (j'ai d'ailleurs commandé ce livre Obscure clarté)
http://livre.fnac.com/l77738/Meilleures-ventes-Sciences-humaines/Sciences-humaines
Concernant les autres auteurs il faudrait que Kiro soit très fort pour les obliger à communiquer de façon très favorables sur leur page Facebook !
avatar
richard388
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Nombre de messages : 9
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 22/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Pacô le Mar 25 Sep 2012 - 10:47

Je n'ai encore jamais eu le temps de publier mon enquête.
Mais à la volée, je dirais que Kiro était prêt à accepter un manuscrit truffé de fautes, sans fin, et avec une trame qui ne tient pas debout.

C'est moyen, non ?

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 26
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Manon le Mar 25 Sep 2012 - 13:32

Richard, il y a des gens très contents de s'être faits arnaquer par du compte d'auteur, tu sais Wink Des gens qui ont une faible expérience du monde de l'édition ont donc des attentes moins exigeantes que ceux qui s'y connaissent un peu et qui peuvent voir qu'il y a un problème. Et ça, c'est (malheureusement) dans tous les domaines, et c'est en se basant sur la méconnaissance d'un milieu que l'on peut arnaquer les gens (ou se permettre de négliger le travail, ce qui frôle parfois l'arnaque, même sans argent avancé, car les droits d'auteur, c'est bien de l'argent en jeu !).
avatar
Manon
Présidente du Jury 2012
Présidente du Jury 2012

Féminin Nombre de messages : 771
Age : 33
Votre talent : Écriture
Points : 683
Date d'inscription : 11/01/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  richard388 le Mar 25 Sep 2012 - 15:03

Vous croyez vraiment qu'une maison d'édition fait le pari de publier pour détourner des droits d'auteur ? Franchement je pense que les auteurs mécontents de Kiro auraient été autant mécontents d'autres éditeurs car il y a en jeu la vanité des auteurs qui pensent que leurs livres dépassent tous les autres et que, si la vente ne se fait selon leurs ambitions et que les libraires ne veulent de leur livre c'est obligatoirement la faute de l'éditeur ! Et sur la totalité des auteurs de Kiro, combien auraient été publiés par d'autres éditeurs ? J'estime que même si Kiro peut être critiqué il donne la chance à bon nombre d'auteurs.
Autre question puisque est évoquée l'absence de promotion, comment expliquer les très nombreux évènements, salons, signatures, articles dans la presse, émissions de TV/radio nationales relatés dans leur page FB, vous pensez que tout cela est faux, juste pour appâter des auteurs afin de leur voler des droits d'auteurs ?
En tous cas, on attend (quelques auteurs avec moi plutôt satisfaits) cette "enquête" que nous nous permettrons de soumettre à notre éditeur Kiro.
avatar
richard388
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Nombre de messages : 9
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 22/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  richard388 le Mar 25 Sep 2012 - 15:26

Un dernier truc qui me fait bien marrer (conflit d'intérêt dont la conséquence sans doute est de taper sur un éditeur à compte d'éditeur...) c'est que ce forum a en bandeau de belles pub pour des éditeurs escrocs à compte d'auteur !
avatar
richard388
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Nombre de messages : 9
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 22/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  MémoireDuTemps le Mar 25 Sep 2012 - 17:59

Oui bizarre alors que pas mal de fils du forum en disent pis que pendre... je ne crois pas qu'on choisisse ces bandeaux, donc remarque vraiment hors de propos (on ne vend pas de maillots de bain non plus et on n'est pas un site de rencontres amoureuses ou que sais-je encore...)

__________________________________
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon)
avatar
MémoireDuTemps
Admin

Féminin Nombre de messages : 1517
Age : 47
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire
Emploi/loisirs : lérotte numérique
Votre talent : Écriture
Points : 867
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Pacô le Mar 25 Sep 2012 - 23:44

Richard,

En premier lieu, les publicités présentes sur le forum sont générées par un robot de Google, et tu apprendras qu'elles sont TOUTES différentes en fonction de l'utilisateur. Fais le test si ça te chante, mais amuse-toi à faire de nombreuses recherches sur des pompes à vélo sur google. Et tu verras très bientôt apparaître sur les nombreux sites/fora propulsés par Google des publicités qui parleront de pompe à vélo.
A ton avis, comment fait google pour se rémunérer alors que toutes ses applications sont gratuites ?
(Et quel intérêt aurions-nous à faire de la pub' sur un forum communautaire et... gratuit ?)

Concernant Kirographaire, et ton interrogation à propos de leur système de communication... Il y a une manière très simple de savoir si leur communication est efficace - ou du moins s'ils mettent les moyens - c'est au niveau des retours. C'est tout le principe des relations presse et des relations publiques, que n'importe quel attaché de presse ou chargé de com' est supposé connaître pour que son travail soit réussi.
Et nous allons à nouveau utiliser Google : quand tu fais une recherche à propos de "Kirographaires", combien trouves-tu de sites qui parlent de Kirographaires sans que ce soit l'impulsion directe de Kirographaires ? Peu voire pas du tout. En fait, je dirais même que CE forum, qui n'est certainement pas le numéro 1 des fora en France, arrive très vite en tête des propositions. Or, une maison d'édition qui s'implique vraiment dans les salons, dans les librairies, dans les médias en général... a des retours, ce qu'on appelle le feedback. Autrement dit, des articles dans la presse, des communiqués sur les sites de salons, des reprises de promotion... sur des sites support médias, ou sur des sites d'entrepreneurs extérieurs à la maison d'édition Kirographaire. En fait, même nous, pauvre association qui n'a fait que quelques évènements dans notre carrière, quand on tape "ImperialDream" ou "concert ImperialDream", on retrouve de nombreux articles de presse et de sites partenaires - mais indépendants de notre volonté - qui parlent de nous.
Et je suis de loin un pro' de la communication ; ce qui me paraît donc être une pratique assez accessible à tous, dès l'instant où on se donne les moyens - même des moyens gratuits mais juste chronophages ! - de parvenir à un tel résultat.

Il ne serait pas étonnant - mais je n'accuse personne, cela reste dans la supposition - que la maison d'édition Kirographaire cherche tout simplement à s'enrichir sur la pluralité des manuscrits. C'est moins de l'arnaque que le compte d'auteur, mais c'est une arnaque morale... parce que la maison d'édition ne vaut rien.
Le principe est plus lent et plus laborieux que le compte d'auteur, puisqu'il nécessite de s'entourer de beaucoup d'auteurs : mais c'est possible avec l'impression à la demande.
En multipliant les manuscrits, et ce comme le compte d'auteur, l'éditeur mise sur la loi de proxémie des auteurs, plus considérés comme collaborateurs mais clients. L'objectif de cette démarche, c'est que ce caractère proxémique assure un nombre limité mais assuré de ventes : la famille, les proches et les collègues de travail. A tout cassé, ça permet environ une trentaine de ventes, ce qui assure un petit gain à la structure - tout en payant les droits d'auteur aux auteurs. Mais guère plus. Bien entendu, aucun frais n'est engagé sur la promotion : on reste sur une logique de proxémie.
Vous me direz que ce n'est pas très rentable, et c'est vrai. Mais ça l'est davantage si on s'amuse à faire ça avec une centaine d'auteurs : 30 X 100 = 3000 ventes.
D'où l'importance clef de l'impression à la demande qui ne repose sur aucun stock ; or tout bon économiste sait que le problème récurrent et coûteux de toute entreprise, c'est la gestion de ses stocks, en fonction des pertes, des cycles de production à calculer et des risques financiers qui en découlent.

Alors certes, il n'est pas question d'une arnaque financière, mais plutôt d'une escroquerie morale... parce que la maison d'édition ne mérite pas son statut d'éditeur. Autrement dit, je pourrais faire la même chose et ne pas savoir une seule ficelle du travail d'éditeur.
A termes, l'éditeur est plus ou moins reconnu comme étant mauvais et les auteurs ont de moins en moins de chances de vendre, mais les clients qu'auront toujours les auteurs ce sont leurs parents, leurs grand-parents, leurs amis, leurs collègues de bureau etc. Et puis même si l'auteur n'a aucun parent, aucun ami et est au chômage, le livre ne provoquera aucun préjudice financier à l'éditeur puisque l'impression à la demande permet un tirage limité, et nul en cas de non vente.

Voilà en quelques lignes une ébauche de l'enquête que j'essaierai de publier - désolé, mais je manque vraiment de temps. J'avais des doutes sur ces pratiques, mais les résultats d'un petit test facile m'ont confirmé ce genre de méthode : un manuscrit NUL, plein de fautes d'orthographe, qui n'est pas terminé et dont l'auteur précise qu'il n'a pas encore entamé la suite et qui tourne autour d'une trame pipi/caca... Une sélection rapide et un contrat envoyé en moins de deux semaines.
Si vous croyez que c'est aussi simple de publier, c'est que vous ne connaissez VRAIMENT pas les éditeurs Wink.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 26
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  richard388 le Mer 26 Sep 2012 - 12:34

Alors selon vous, tout ce qui est indiqué dans leur com via Facebook et la le blog où il y a vraiment beaucoup d'événements de tous genres et une bonne présence dans les médias avec des messages d'auteurs très contents, des ventes de livres pas seulement que les proches, tout cela serait du pipeau ?
Et comment une boite peut vivre en vendant qu'une trentaine d'exemplaires des livres qu'ils sortent : sur 200 titres à prix moyen de 18 euros cela fait 100.000 euros de vente par an, soit 8000 euros par mois et avec ça faut payer les imprimeurs, les frais, le personnel !
Autre question, vu que vous vous intéressez très fortement à cette maison d'édition, pourquoi vous ne vous adressez pas à eux pour leur poser des questions ?
avatar
richard388
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Nombre de messages : 9
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 22/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Pacô le Mer 26 Sep 2012 - 12:57

Si tu avais bien suivi mon explication économique et bien lu les commentaires précédents, tu saurais qu'il n'y a ni frais d'imprimeur - puisqu'il s'agit d'impression à la demande - ni frais de personnel - puisque les DO revendiquent leurs statuts de bénévoles.
Donc oui, 8000euros par mois, c'est une rente confortable quand on a que quelques cartouches d'encre et un matériel adéquat acheté au préalable, mais très vite rentabilisé.

Concernant facebook, il ne faut certainement pas se fier aux publications des pages officielles. D'autant plus que ce sont des publications faites par des particuliers, c'est-à-dire toi et moi, et il suffit de faire deux salons pour récolter quelques dizaines de commentaires.
Et une promotion ne se fait pas par quelques salons, mais sur un suivi permanent - ce que paraissent déplorer les nombreux témoignages différents de ce fil de discussions.

Pour ma part, j'aurais une question à ton sujet Richard388 : me garantis-tu que ton avis est réellement impartial et que tu n'as aucun lien (amis, intérêts etc.) avec cette maison ? Parce que la ténacité avec laquelle tu tiens à défendre une structure pour laquelle tu n'aurais aucune attache est assez curieuse.

Je tiens à souligner une nouvelle fois que toutes les critiques et toutes les analyses sont sur la base de la libre expression, mais en aucun cas de réelles accusations. Aux vues des résultats constatés sur la soumission du manuscrit bidon, nous nous permettons d'envisager un mécanisme économique qui expliquerait comment l'entreprise pourrait vendre ses livres.
Car non, Kirographaire semble plus publier de livres au mois que n'en créent Folio et Gallimard réunis ; et ce avec un capital social dix à vingt fois inférieurs.
Et je ne crois pas à la magie.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 26
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  richard388 le Mer 26 Sep 2012 - 14:24

Bon, comme je suis plutôt en vacances en ce moment, je vais prendre le temps de te répondre...
Mon intérêt, mon attachement à défendre Kiro, oui parce que je ne me reconnais nullement en qualité d'auteur, ayant connu les affres d'autres éditeurs ou pseudo éditeurs, dans ce que j'ai pu lire dans ce forum. Ni plus, ni moins. Si je suis les résultats de ton enquête, Kiro, c'est en fait une seule personne avec un ordi ! Alors elle est très forte cette personne car comme je l'ai déjà écrit ici il y a qq temps je me suis rendu à leur bureau à Marseille après avoir pris RV. Très forte car elle avait dû embaucher des figurants pour donner l'illusion ! Ils étaient au moins 6/7 à faire semblant de bosser et comme ils ont aussi un bureau à Lyon...
Moi ce qui me semble suspect c'est cet acharnement à critiquer des personnes que l'on ne connait pas et sur des infos ne reflétant pas du tout le sentiment que j'ai et qui est partagé par beaucoup qui ne prennent pas la peine comme moi d'intervenir ici. Si tu as l'âme d'un enquêteur, encore une fois fait comme moi, va les voir !
avatar
richard388
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Nombre de messages : 9
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 22/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Pilgrim le Mer 26 Sep 2012 - 16:49

Je suis toujours avec beaucoup d'intérêt ce fil et remercie les intervenants d'exposer aussi librement leur point de vue.
Il semble, comme le dit Richard, qu'il y ait des auteurs satisfaits de Kiro. Certains l'assurent ici ou sur d'autres forums (j'ai lu pas mal de messages dans ce sens). Il semble aussi qu'il y en ait quelques uns (un nombre non négligeable) qui ne soient pas contents du tout (c'est un euphémisme) et l'expriment. L'ennui est que le nombre de pas contents est particulièrement élevé (comparativement aux témoignages portant sur d'autres petites maisons d'éditions (je parle uniquement des maisons à compte d'éditeur)).
Le problème principal, selon moi, vient du fait que Kiro, manifestement, accepte de publier la quasi totalité de ce qu'on lui envoie ! Or, un éditeur, normalement, a une ligne éditoriale, des critères de sélection, une "exigence" littéraire qui devrait l'obliger à refuser des manuscrits (du type de celui que Pacô a transmis... à moins que Pacô ait pondu, malgré lui et à son insu, un excellent ouvrage ! ). Bref, pour moi, une maison qui accepte de tout publier ou presque n'est pas un éditeur mais un prestataire de service... Et apparemment un ingénieux prestataire de service puisqu'il ne demande pas d'argent au client mais se partage avec lui les gains... (il s'agirait en fait d'un partenariat : j'imprime ton bouquin, on le vend à tes connaissances, voire plus si on se trouve des plans salons ou signatures, et on se partage les gains) et je comprends que des auteurs habitués aux propositions exorbitantes des maisons à compte d'auteur sautent de joie : le livre est publié et cela ne leur a rien coûté... Et en plus, Kiro offre une correction gratuite grâce à son réseau de correcteurs (bénévoles ?) ; ce qui est un argument décisif par rapport à des maisons comme édilivre... C'est parfait ! Perso, je n'y trouve rien à redire, au contraire... sauf que... ben sauf que ce n'est plus de l'édition, ce n'est plus une démarche d'éditeur... Et ce que je trouve dommageable, c'est que Kiro joue sur l'ambiguïté, n'affiche pas directement la couleur...
Cette manière de faire est révélatrice des nouvelles pratiques du milieu, que permet l'impression numérique à la demande (on n'engage des frais que quand le livre est vendu !) et qui signe selon moi, à moyen terme, la mort des maisons d'éditions à compte d'auteurs classique (et personne ne s'en plaindra !). C'est à dire qu'à partir de maintenant, et Kiro est précurseur (édilivre semble aussi réorienter sa politique dans ce sens), n'importe qui pourra publier un bouquin sans que ça lui coûte un centime. Il suffira d'annoncer à ses proches qu'on a écrit un livre et que ceux-ci fassent la démarche de l'acheter ! Et dans l'histoire, finalement, tout le monde est gagnant... sauf que... (je me répète) ce n'est pas de l'édition... puisque le métier d'éditeur consiste, entre autre, à trier, dénicher et mettre en avant l'ouvrage qu'il jugera le meilleur. Quid de cette fonction si on publie le tout venant ! Et que penser d'un ouvrage publié par une telle structure si l'on sait que la dite structure publie tout ce qu'elle reçoit... Cela intéressera la famille, les amis, les relations mais sans doute pas les autres...
avatar
Pilgrim
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Masculin Nombre de messages : 390
Votre talent : Écriture
Points : 242
Date d'inscription : 12/07/2010

http://benoitcamus.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Jean-Fabien le Jeu 27 Sep 2012 - 12:10

Je m'appelle Jean-Fabien, ex auteur chez Kiro.

Un désastre, pas grand chose d'autre à dire, tout est décrit de A à Z ici (je vous souhaite une belle plongée dans mon enfer) - texte issu de mon blog :

Il ne me semblait pas être bien ou mal parti.

Ni lièvre, ni tortue.

Ni dans la bonne ou la mauvaise direction… tout cela n’étant qu’un vague problème de référentiel de toute façon.

J’étais parti, c’est tout.

A l’aventure, droit devant. Si j’avais l’impression d’avancer, tout
allait bien (et puis la sensation du vent dans les cheveux, c’est quand
même unique, surtout pour une tortue).

Je m’étais dit « je vais mettre le feu dans le monde de l’édition », on m’appellera Kiroman.

Et puis…

Je suis tombé sur un os. Ou plutôt, à l’instar de Superman, je suis
tombé sur une pierre verte et qui m’a fait perdre tous mes pouvoirs : on
appelle ça la Kironite (à une ou deux lettres près, on y était).

Là, je sens comme un frémissement dans l’assemblée, de la stupeur
(quelques tremblements aussi au niveau des cuisses), vous vous demandez
toutes : mais comment que ça se fait que tu seras jamais plus un super
héros (toi qui as pourtant un joli slip rouge) ?

Remontons légèrement dans le temps, un effort de mémoire ne fait
jamais de mal (même lorsque l’on a dormi que deux heures, à cause d’amis
à peu près aussi clairs que la Seine en aval de Paris et qui refusaient
de voir la réalité en face : à un moment, il faut aller dormir).

Back in time

C’était il y a quelques mois (ça paraît loin maintenant, comme quand
on a traversé le désert en 10 jours et qu’on a l’impression d’avoir pris
10 ans (ce que l’état de vos pieds confirme d’ailleurs)).

Par un beau matin (ou pas, mais avouez que commencer une phrase par
« Par un moche matin », c’est moins glam’), il m’est passé par la tête
l’idée d’écrire un livre. Normal pour un écrivain me direz-vous. Oui, à
part que moi j’étais juste écrivain dans mes rêves (ou en soirée pour
draguer les oiselles tombées du nid), et malheureusement pour nous
autres terriens, les rêves rejoignent rarement la réalité, seuls les
cauchemars le font parfois.

Je m’en souviens encore. Je me réveillais parfois en transe, en
pleine nuit, et je notais des conneries sur un bout de papier, sûr
d’avoir capturé l’essence même de la création, certain d’avoir pondu
quatre lignes qui allaient révolutionner l’écriture. Bon, le lendemain
au réveil, mon génie m’apparaissait moins nettement (même quand
j’arrivais à déchiffrer mes immondes hiéroglyphes, c’était pas fameux).

Je me souviens que l’effort d’écriture était à la fois surhumain
(mais pas plus que de faire du repassage en ce qui me concerne, or il
semblerait que certains représentants mâles sont adeptes des planches à
repasser (ce n’est pas mon cas, j’aime les formes)), mais aussi un vrai
plaisir, une découverte même, et au final un espoir : et si j’étais
« édité ».

A l’époque, je l’avoue sans honte, je ne savais pas trop ce que ça
voulait dire « être édité ». J’avais de vagues images de vieil homme à
barbe, parlant derrière des volutes de cigarette de concepts fumeux
(normal), avec de gentilles personnes attentives et silencieuses qui se
tiennent le menton autour (mais sans jouer à ce jeu débile où il ne faut
pas sourire sous peine de brutalité autorisée, et puis d’abord c’est
leur menton qu’elles tiennent, ces gentilles personnes).

Cependant, cette idée d’un livre « physique », d’une réalité tangible
de ma condition d’écrivain amateur, a germé en moi, et a grandi telle
une idée un peu farfelue mais tenace.

Je vous passe les affres de la « création » (ainsi que le nombre de
bouteilles de whisky siphonnées pour rentrer dans la peau du
personnage), une fois mon « œuvre » finie, et après environ 150 versions
différentes et 3000 fautes d’orthographe corrigées par des relectrices
courageuses (mais sans doute motivées par le fait de toucher du doigt
(voire plus si affinités) la création au sens le plus pur du terme), je
me suis mis à l’envoyer à un, puis deux, puis dix éditeurs de la place
parisienne.

Au bout de dix mois de baffes dans la tronche (sans avoir souri
pourtant, ça j’en suis certain), il me fallait me rendre à l’évidence :
je n’étais pas éditable (en tout cas, pas par les éditeurs classiques
qui avaient mieux à faire).

Je commençais à désespérer et à envisager sérieusement
l’auto-édition, lorsqu’un jour, je tombai sur un forum de jeunes
écrivains, et je vis un post d’un Directeur d’Ouvrage qui faisait un
appel à manuscrits. Un « Directeur », carrément. Autant l’écrivain
évoque pour moi des choses assez diverses et un peu floues, autant le
Directeur, dans mon job je connais. C’est le mec qui a fait
polytechnique et quand il parle, même si ce qu’il dit est con, tout le
monde l’écoute (ça doit forcément être intelligent, te dis-tu, sinon
comment serait-il arrivé là où il est et pourquoi les gens
l’écouteraient).

Ni une, ni deux, j’envoie mon fichier à la boîte mail indiqué, et je passe à autre chose (repassage, ménage, glandage, etc.).

Quelques jours plus tard, quelle ne fut pas ma surprise (devrais-je
avouer, là encore, que plus que de la surprise, il y avait une pointe de
fierté) de recevoir un email de cette société m’expliquant à quel point
mon livre était formidable, fin, drôle, j’en passe et des meilleures
(preuve qu’ils l’avaient lu attentivement donc).

Même si une part de moi flairait l’arnaque, l’autre part (minoritaire
mais bruyante, à l’instar d’un syndicat sud de mon cerveau) me hurlait
que « enfin, on reconnaît ton talent mon salaud ! » (mon cerveau est
très grossier).

Je commençai à me renseigner sur cette société, et trouvai finalement
assez peu d’informations. Je me renseignai alors auprès d’amis auteurs
qui me confirmèrent la mauvaise réputation de cette maison (« last
choice, buddy »), principalement du fait qu’il leur semblait que c’était
une vague arnaque basée sur le principe bien connu des pré-commandes
nécessaires au lancement de l’impression. En gros, les auteurs financent
leur bouquin par les acheteurs constitués par leur cercle d’amis. Du
pseudo compte d’éditeur donc.

Cependant, dans le cas présent, la maison s’engageait sur un minimum
d’impression tout de même, quand bien même tu en vendais zéro avant (ce
qui ne semblait pas être l’intérêt de l’auteur quand même, mais
indiquait en toute logique qu’il y avait un minimum d’investissement de
la maison d’édition, ne serait-ce que dans la correction de l’ouvrage,
l’impression, etc.).

Les intérêts convergeant vers une collaboration efficace, et quand
bien même cette boîte semblait signer beaucoup d’auteurs car pas très
regardante sur la qualité des manuscrits retenus (je me disais bien
aussi : un éditeur qui s’intéressait à moi, fallait qu’il soit débile ou
qu’il ait un « plan »), je me disais que c’était à moi de montrer que
mon produit était économiquement viable et donc intéressant à travailler
pour eux. Vanité quand tu nous tiens…

C’est une fois le contrat signé que les choses se sont compliquées.
Jusqu’à la signature, ils répondaient à tous mes emails dans l’heure,
étaient super disponibles, super aimables, j’étais heureux, j’avais un
« éditeur » (bordel).

Après la signature par contre…

Back to reality

On le voit dans tous les domaines de la vie, on devrait être habitué,
et pourtant à chaque fois, c’est comme si on refaisait systématiquement
la même erreur. Quand tu dragues une fille, tu es le prince charmant,
tu lui tiens la porte (voire tu payes le restau pour les plus fortunés
d’entre nous), et puis une fois que… enfin, bon, tu m’as compris… le
moindre vent arrière lui glace le sang, incapable qu’elle est de
comprendre qu’il faut distinguer l’avant-vente de la prestation réelle.

Hé bien, avec cet éditeur, le désenchantement fut brutal.

Fini de répondre au téléphone ou au mail. Impossible de les joindre.
Par contre, eux me harcelaient pour que je leur fournisse une liste
d’amis (d’au moins 40 noms précisaient-ils ? Pourquoi 40 ? J’imagine que
leur tableau Excel calculant le break even du bouquin leur
indiquait un chiffre minimum de 40 personnes à harceler, sachant que 50%
des harcelés accepteraient d’acheter mon bouquin (de guerre lasse…)).

Alors qu’il était prévu qu’ils fournissent la prestation complète de
correction, de réalisation de la couverture, etc., j’ai compris assez
qu’il fallait que je :

ð Réalise la couverture

ð Ecrive le texte de la 4ème de couv’ (euh… vous avez lu le bouquin les gars ?)

ð Fasse ma bio

ð Fournisse un texte sans faute de préférence

Tout ça commençait à devenir compliqué, Kirotechnique même.

Car, comment dire, si je connais à peu près ma vie, ce qui me rend le
plus apte à pondre ma bio (ma maman exclus), je m’y connais à peu près
autant en infographie qu’un candidat de Secret Story en physique
nucléaire.

C’était pas gagné.

Au final, et après un appel sur Facebook aux bonnes âmes (y-a-t-il un
infographiste dans la salle ?), j’ai tout rendu à l’heure (un joli vomi
bien jaune).

J’avais quand même le vague sentiment de me faire exploiter… voire
manipuler (seraient-ils des as de la manipulation, me dis-je, des sortes
de Kiro-practeurs ?).

Je croyais avoir franchi les derniers obstacles. Je n’étais pas au bout de mes peines.

Contrat signé fin novembre, le bouquin prêt à être relu et corrigé par un spécialiste, la couverture ok, la 4ème
de couv’ ok, la bio ok, il me semblait que c’était tout bon, que mon
bouquin pourrait sortir assez vite (au printemps peut-être ?). Je
commençais à en parler un peu autour de moi, et les gens étaient
impatients (« quoi t’as écrit un bouquin ? mais… euh… je savais même pas
que tu savais lire… »).

Bien malgré moi, j’avais créé un mini-buzz chez mes amis autrement
qu’en montrant mon cul à la fin d’une soirée alcoolisée, j’espérais que
le bouquin allait se concrétiser rapidement (sous peine d’avoir à
remontrer mes fesses pour détourner l’attention).

C’était sans compter sur l’incompétence et le manque de
professionnalisme de mon « éditeur » (il est même tentant de dire que ce
sont un peu les Kiro-magnons de l’édition).

A peine avais-je fourni ma liste d’amis qu’ils recevaient tous un
email sur mon bouquin avec la date de sortie (que je ne connaissais pas
moi-même)… dans 8 mois !!!

De plus, ils avaient soigneusement rédigé le mail pour qu’on ne voie
pas immédiatement cette date, afin que les gens pensent qu’on pouvait
commander et recevoir le livre de suite.

Double arnaque : on ne me laisse pas le temps de prévenir mes amis
(sachant que pour arriver à 40 noms, il y avait forcément des amis
d’amis (voire pire, des amis Facebook !)) et on les leurre.

Je vous raconte pas ce que j’ai pris dans la gueule (j’ai d’ailleurs
depuis changé d’amis, ce qui ne m’a pas fait de mal pour certain(e)s,
mais on s’éloigne du sujet).

J’ai décidé alors d’appeler ce fucking éditeur, le mailer, le pigeon
voyageurer, le signal de fumer, etc. pour leur dire ma façon de penser.
Impossible de les avoir (même le pigeon est revenu bredouille, la mine
triste, le bec plongeant), et aucune réponse à mes emails. Comme s’ils
n’existaient plus.

Quand finalement, j’arrivais à avoir quelqu’un en ligne, le discours
était toujours le même : « c’est pas moi, c’est l’autre, mais
aujourd’hui, il n’est pas là ». Euh, ok… quand je suis revenu à mon
point de départ, je fais comment M’dame ?

Complètement désespéré, et comprenant qu’ils ne feraient sans doute
rien pour promouvoir mon bébé (de vrais Kiro-flanc), mais encore motivé
malgré tout, je décidai de commencer un blog, non pas dans l’idée de
dauber sur eux (même si la tentation était grande), mais dans l’idée de
raconter une « fausse » histoire : l’histoire d’un écrivain paresseux et
qui se décide finalement à écrire. Le journal du blog racontait semaine
après semaine comment je me mettais à écrire, l’idée étant de tenir
l’histoire pendant 8 mois jusqu’à la sortie du livre. Ainsi, au moment
où il dit qu’il a écrit un bouquin : *paf*, un bouquin sort (ça
s’appelle le marketing mon p’tit gars).

En commençant à écrire mon blog, je décidai de créer un faux compte
Facebook utilisant le pseudo du bouquin (Jean-Fabien) et de faire
ami-ami avec des écrivains en galère comme moi. Assez vite, je cumulais
plusieurs centaines de « relations » sur ce faux compte (plus que sur
mon vrai ! Il faut croire qu’il y a encore plus de misère littéraire que
de misère sexuelle en France), et encore plus vite, je tombais sur des
déçus de mon éditeur, le même !

Je développai, en parallèle de mes articles d’écrivain raté (et mine
de rien, rater un truc, ça prend du temps), des articles sur le monde
cruel de l’édition.

Plus j’avançais, et plus je me prenais pour Belmondo dans « Le
magnifique », en combat sanglant contre Carpof. Seules mes fans
féminines me permettaient de tenir le coup. Oui, je me battais pour
Jacqueline Bisset (celle d’il y a 30 ans).

On me fit alors entrer dans un groupe « secret » : les auteurs
masqués (ça s’invente pas), ou autrement dit, les déçus de l’infâme
Kiro-Carpof.

En entrant dans ce cercle, quelle ne fut pas ma surprise de constater
que tous les auteurs de cet éditeur (en tout cas, les présents dans ce
groupe) avaient les mêmes problèmes, mais tous à des niveaux différents
du processus. J’étais clairement au début d’une longue, très longue
galère. Tout se bousculait : problème d’impression, pas de paiement des
droits d’auteurs, même les correcteurs pleuraient pour être payés (les
correcteurs étant les fameux « Directeurs d’Ouvrage » qui ont
visiblement des compétences assez variées, certains réalisant une vraie
correction en profondeur (celle que j’ai eu, par exemple, très
compétente et sympathique, merci Edith !), d’autres se contentant
vaguement de corriger les fautes d’accord), impossibilité de les
contacter, etc.

Assez vite, et compte tenu du flot d’information continu apporté par
les membres du groupe, la situation devenait plus claire : cet éditeur
avait construit une formidable pyramide de Ponzi. Les nouveaux auteurs
payaient par les précommandes les frais de structure de la boîte (qui
ouvrait des bureaux à Lyon, puis à Marseille), et seules les menaces de
dénonciation aux impôts et autres lettres avec AR permettaient de se
faire un tant soit peu entendre ou respecter.

Evidemment, pour cet « éditeur », cela nécessitait de prendre de plus
en plus d’auteurs, d’être de moins en moins regardant, et surtout cela
entraînait encore plus de problèmes pour les auteurs déjà signés qui
étaient de plus en plus noyés dans la masse. Je ne sais pas comment les
gens en interne de cette boîte pouvait tenir, tellement le stress devait
être grand, mais j’imagine qu’ils devaient s’envoyer un sacré stock de
Kiro-nenbourg !

En tout cas, les excuses étaient toujours les mêmes : on se réorganise. Ben voyons.

De plus, les interlocuteurs changeaient tout le temps (forcément).
Les ressources internes de cette belle entreprise de magouilleurs se
renouvelaient sans cesse, lessivées qu’elles étaient. Un turn over digne
d’un service de télémarketing !

J’avoue qu’à un moment, j’ai même soupçonné la Kyronite de rendre nos
sorties impossibles (genre parcours du combattant) pour qu’après on
écrive un livre sur nos aventures … et qu’ils le publient (genre
mouvement littéraire perpétuel) !

Bizarrement, pendant que je comprenais l’entreprise à laquelle
j’avais affaire, mon blog se mit à fonctionner plutôt pas mal, et alors
que j’avais galéré comme un ouf pour décrocher un contrat pourri avec
une maison d’édition non moins pourrie, des éditeurs se sont mis à me
contacter après avoir lu mon blog (de petits éditeurs qui montent,
imaginez quand même pas que G. Robert ou JM. Laclavetine a décroché son
téléphone pour m’appeler, hein ? Ceci dit, si un vrai éditeur me lit en
ce moment, hésite pas coco, j’ai un super potentiel, et je suis pas
regardant sur les contrats, tu peux tout garder, écrivain c’est juste
pour draguer, pas pour me faire de la thune).

Jusqu’au jour où un éditeur me propose d’éditer mon blog (euh… ça
veut dire quoi éditer un blog ? tu veux faire des copies d’écran ?).
Bon, là c’est une autre histoire (qui se termine bien), et avec le
recul, je me rends compte que sans cet éditeur de merde dont le nom
commence par la 11ème lettre de l’alphabet, je n’aurais jamais eu la volonté d’écrire ce blog, et je n’aurais jamais trouvé un vrai éditeur.

Mais revenons-en à nos moutons noirs.

Back to my life

Dans le groupe des auteurs masqués, j’ai eu une révélation un jour.
Un certain Bob Tazar avait rompu son contrat, en envoyant une lettre
avec AR. Lui avait poussé le bouchon un peu loin, à savoir que pour
prouver qu’ils ne lisaient même pas les manuscrits, il avait envoyé un
manuscrit où il avait enlevé des parties du roman (qui en devenait donc
incompréhensible), et devinez quoi ? L’éditeur avait trouvé ce manuscrit
for-mi-dable. Il les avait donc menacés des pires représailles pour
récupérer ses droits, et cela avait marché…

Ainsi, il était possible de sortir de ce cauchemar. Je pouvais me réveiller.

Avec le recul, cela paraissait évident, mais sans ce Bob, je n’aurais
jamais eu le cran d’aller jusque là, voire même d’envisager une sortie
pareille. J’imaginais à l’époque que quand tu cèdes tes droits à vie,
ben, tu les récupères qu’à ta mort (logique).

Mais à la réflexion, une boîte comme ça a trop à perdre avec un
auteur mécontent qui ferait du buzz négatif et tarirait la source de
leurs revenus, à savoir l’exploitation des auteurs malheureux qui
veulent être édités par un éditeur à compte d’éditeur.

Je me dis donc à rédiger une jolie lettre qui expliquait tous les
points non respectés du contrat (une lettre d’à peu près 15 pages donc),
et qui leur demandait une rupture à l’amiable.

Au bout d’une semaine, une jeune fille (25 ans maximum je dirais)
m’appela pour m’expliquer que je n’avais rien compris au contrat. Mais
j’étais prêt. L’idée était de lui faire comprendre que j’étais déterminé
à aller jusqu’au bout (le tribunal pour faire valoir mes droits), et
surtout de lui faire comprendre qu’ils n’avaient plus que des emmerdes à
attendre de moi et que j’étais prêt à faire du bruit, à transformer
leur quotidien en Kiro-shima. Quand elle m’a dit qu’elle avait une
proposition à me faire, je lui ai tout simplement dit de se la mettre où
je pense et je lui ai raccroché au nez (il m’arrive d’être impoli,
maman si tu me lis, je te jure que je le ferai plus).

Quelques jours après, je recevais un courrier m’indiquant que je
pouvais récupérer mes droits sous certaines conditions, et notamment
d’imprimer juste les quelques précommandes afin qu’ils n’aient pas à
rembourser les acheteurs. Cela ne me posait pas de soucis outre mesure
du moment que je récupérais mes droits. Tout le monde était content
(enfin… pas trop mécontent).

Fin de l’histoire.

What’s next ?

Bizarrement, ce pseudo éditeur a été efficace à deux moments : pour
me faire signer le contrat, et pour le rompre. J’imagine que c’est ainsi
qu’ils voient leur rôle d’éditeur, une espèce de machine à générer du
mouvement.

Il paraît qu’il y a deux millions de français qui ont déjà écrit ou
pensent écrire un livre. Il sort au maximum 10 000 nouveaux livres par
an, et les français lisent 2,5 livres par an en moyenne (ils pourraient
au moins finir le troisième quand même, ça craint). Le gap est donc
infranchissable, il n’y a pas un marché suffisant pour absorber
l’ensemble des livres que les gens ont envie de publier. Il y a trop
d’auteurs potentiels.

Il est donc extrêmement tentant de « surfer » sur ce désir de tous ces apprentis écrivains qui rêvent d’édition et de gloire.

Profiter de toute cette « misère » (car voir son manuscrit
systématiquement refuser provoque une certaine forme de souffrance) est
presque chose facile, il n’y a qu’à voir le nombre de maison d’édition à
compte d’auteur qui fleurissent. Le problème est que, dans ce cas, il
n’y a pas d’arnaque. Le deal est clair dès le début : l’éditeur à compte
d’auteur est un prestataire de service. Cela ne me pose pas de soucis
(même si je trouve le service un peu cher). Le problème est quand le
loup se déguise en mouton, et fait croire à un travail sérieux
d’édition, sous couvert de compte d’éditeur. A ce moment-là, je pense
qu’il y a malhonnêteté.

Les éditeurs comme celui dont je parle devraient être dénoncés, bannis.

Tous les auteurs mécontents devraient rompre leur contrat, les balancer aux impôts (pour non paiement des droits).

Mais pour quoi ? Faire un dépôt de bilan et recommencer le même
bordel sous un autre nom ? (remarque, la bonne nouvelle est que tous les
auteurs récupéreront leurs droits…).

Je ne sais pas… cependant ce qui me rassure, c’est que leur
incompétence, ainsi que la gestion hasardeuse de leur main d’œuvre
interne, les feront sombrer un jour ou l’autre, que l’équilibre cosmique
sera rompu et fera donc Carpoter (de manière infâme bien sûr) cette
entreprise du mal.

Et cela les mènera tout droit à l’endroit où ils méritent de se retrouver : dans le mur.

Et je pense même que quand on regardera le sol devant ce mur, on ne verra pas de trace de freinage.

Jean-Fabien, le 17 septembre 2012
avatar
Jean-Fabien
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Nombre de messages : 9
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 27/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  MémoireDuTemps le Jeu 27 Sep 2012 - 13:13

Témoignage instructif, hélas confirmé par presque tous les intervenants...
Bravo d'avoir réussi à t'en sortir et d'avoir réagi en créant un blog aussi passionnant (j'y ai jeté un œil) et finalement d'avoir attiré tant de monde y compris la perle rare, le vrai éditeur.
Cela me rappelle un autre scandale de l'édition : La société des écrivains, éditeur à compte participatif (mais pas d'auteur... non, comme tous ces escrocs ils voulaient s'en distinguer, sauf que dans le cas de la Société des écrivains... le distingo était de ne pas éditer les livres prévus dans le contrat et payés par l'auteur - facile à trouver les nombreux sites qui en parlent). Pour beaucoup d'auteurs escroqués, cela s'est terminé au tribunal.
Moi j'ai collectionné tous ces contrats (sans suite de ma part bien entendu), j'ai aussi refusé Edilivre...

Une question tout de même :
Je commençais à désespérer et à envisager sérieusement l’auto-édition
Pourquoi ? On évite cette galère en attendant qu'un éditeur s'intéresse à nous et en attendant, notre œuvre est bien au chaud...

__________________________________
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon)
avatar
MémoireDuTemps
Admin

Féminin Nombre de messages : 1517
Age : 47
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire
Emploi/loisirs : lérotte numérique
Votre talent : Écriture
Points : 867
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Jean-Fabien le Jeu 27 Sep 2012 - 13:18

En fait, ce qui m'intéressait c'était d'avoir l'objet "livre" entre les mains. Et quand je voyais tous les efforts que j'avais déployé avec cet "éditeur", je me suis dit autant me faire chier en auto-édition (au moins, je ne compte que sur moi et j'apprends toutes les phases de "construction" d'un livre). J'avoue que le choix de l'éditeur à compte d'éditeur est un choix par paresse au début finalement (si on ne prend pas en considération la difficulté à en trouver un).
avatar
Jean-Fabien
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Nombre de messages : 9
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 27/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Pacô le Jeu 27 Sep 2012 - 14:55

Marrant comme témoignage - pas pour le malheureux destin de ton contrat, mais par la façon d'être raconté. J'imagine un peu mieux le succès de ton blog d'écrivain sans succès. ^^

Ce qui est assez fun, c'est que toutes les histoires - tous les témoignages - se passent de la même façon, à deux ou trois détails près. Et là tu vois Richard388, c'est pas une forme d'acharnement que j'aurais contre Kiro, mais une certaine certitude vis-à-vis d'eux. Mieux encore, l'auteur cité par Jean-Fabien a effectué le même test que moi, le manuscrit-bidon, et en est arrivé aux mêmes résultats : une belle hypocrisie.

Et non, Richard388, Kirographaire je les ai pas mal étudiés. Premièrement, ils ne sont pas 6/7 par agence, mais 4. Dans les 4, beaucoup de DO ne sont pas payés - volontairement, ou suite à des retards sans fin - et quand je prenais l'exemple de 300 livres publiés pour être rentables, on peut ajouter peut-être un "0" ou mieux encore, on ajoute dix proches histoire d'amortir les coûts...
Et où est-ce que je dis qu'il n'y a qu'un seul et unique opérateur derrière Kirographaire ? BIEN au contraire, il a formé un énorme réseau pyramidal qui permet de "noyer le poisson".

Et c'est cette mauvaise foi, malgré l'ensemble de tous les commentaires négatifs, qui me fait penser que "richard388" est un beau pseudo - sans aucun écho sur toute la toile, comme s'il n'avait été créé que pour cette discussion qui atteint les premières propositions de Google et qui fait de l'ombre aux liens de la maison d'édition - qui cache une personne avec des intérêts essentiels à défendre Kirographaires.
Là encore, ce ne sont que des suppositions, pas des accusations.


L'auto-édition, c'est pas une mauvaise idée. Cependant... il faut vraiment que tu maîtrises les mécanismes de production du livre - ce qui coûte cher pour un seul et unique bouquin - et tu passes plus ton temps à faire l'éditeur qu'à faire l'écrivain, ce qui peut être assez révulsant à force.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 26
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Jean-Fabien le Jeu 27 Sep 2012 - 14:58

Une sorte de Kiro-bot
(ils sont 388, toute une armée !!!)
avatar
Jean-Fabien
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Nombre de messages : 9
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 27/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  richard388 le Ven 28 Sep 2012 - 14:49

C'est vraiment du grand n'importe quoi ce forum ! Qd on a le malheur de parler de son expérience plutôt positive d'auteur chez Kiro, alors c'est sûr c'est une manipulation qui cache le grand méchant loup de Kiro... Qd on parle des auteurs Kiro qui réussissent, c'est forcément un mensonge et qd on évoque leur promotion, la presse et autres trucs plutôt réussis, c'est encore du pipeau ! Franchement il vaut mieux vous laisser entre vous...
avatar
richard388
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Nombre de messages : 9
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 22/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Jean-Fabien le Ven 28 Sep 2012 - 14:58

ne nous excitons pas, j'ai juste fait une blague en réponse au poste d'avant.
Personnellement, si tu lis mon article, tu verras que ce n'est que factuel.
avatar
Jean-Fabien
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Nombre de messages : 9
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 27/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Pacô le Sam 29 Sep 2012 - 14:09

Il y a toujours des auteurs qui "percent" avec le compte d'auteur, ou une auteur qui était passée sur TF1 après être publiée chez EDILIVRE.
Les auteurs ne sont pas incriminés dans les critiques ; au contraire, ce sont les structures éditoriales frauduleuses qui font l'objet de tous ces mauvais avis.

Or, tu ne défends pas tellement les auteurs qui réussissent, mais vraiment la maison d'édition.
Et réunir autant d'avis négatifs, et des tentatives de procès, suggère malheureusement que Kiro n'est certainement pas une blanche colombe persécutée dans cette histoire.

PS : et précisons que tu es le seul ici à être monté d'un ton dans tes réponses Wink.
PS2 (on connait pas encore la PS3) : et oui, je crois que J-F faisait de l'humour... comme l'ensemble de la narration de sa malheureuse aventure éditoriale ^^".

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 26
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

quelques précisions...à méditer

Message  Pom Daemon le Jeu 4 Oct 2012 - 10:59

Bonjour,

Je suis moi-même un auteur mécontent de cette maison. Edité par ailleurs (à compte d'éditeur) chez deux autres éditeurs, dont un de taille "moyenne" pour un contrat où le premier tirage est de 2000 exemplaires avec avance en numéraire sur le premier mille, - je précise cela pour expliquer ma relative connaissance du milieu éditorial - , je suis tombé moi aussi dans le panneau de la facilité avec K... lorsque j'ai reçu une réponse positive au bout de 15 jours...flatté, comme vous autres et bien d'autres encore.

Pourtant, je vous assure qu'un de mes éditeurs précédents m'avait prévenu...si j'avais su me montrer plus prudent.... Bref, sur les faits, Richard388, effectivement K... ne vend que dans le cercle restreint comme le signalent Paco et Jean-Fabien, à partir de la pré-promotion qui n'est qu'une souscription déguisée. Ensuite, les "attachées" de promotion (plutôt détachées au vu des départs, comme dans le reste de l'équipe, d'ailleurs, il n'y a qu'à vérifier sur leur site, onglet « équipe » qui se réduit à une peau de chagrin,...bref...) ne font que relayer ce que les auteurs veulent bien entreprendre eux-mêmes. En dehors de la seule bonne volonté des auteurs...qui deviennent par là-même des commerciaux pour K... quel est le travail d'initiative de ventes, de promotions, de service de presse issu de ce département ? Cher Richard388, les signatures, salons, articles que le blog K.... publie sont le résultat de la volonté acharnée des petits auteurs.

Quant à leur messagerie Facebook qui ne relaie que les messages d'auteurs heureux, je dois vous apporter un élément contradictoire. Fâché de ne pas arriver à les avoir par téléphone et de voir mes mails sans réponse, j'ai posté au printemps un message de mécontentement sur leur mur FB...dans l'heure, l'ancienne webmaster (qui a quitté K... depuis) m'a téléphoné, menacé d'un procès en diffamation, et effacé tout simplement mon message sur leur mur !!! Il n'y avait aucun propos diffamatoire, seulement un avis de déception courroucée sur le fait qu'il n'y avait pas de suivi éditorial du livre. Cet été, un autre auteur mécontent a posté un message « cossu », qui est resté une semaine, puis a été aussitôt effacé...voilà, c'est aussi simple que cela ! Il n'y a que des messages satisfaits sur leur mur parce qu'ils trient tous les jours et effacent les messages qui pourraient leur causer quelque atteinte.

Je vous propose, en tout bien tout honneur, de relire votre contrat d’édition : y voyez-vous figurer le nombre d’exemplaires concernant le tirage ? Je rappelle l’article 132-1 du Code la Propriété Intellectuelle qui stipule « Le contrat d'édition est le contrat par lequel l'auteur d'une œuvre de l'esprit ou ses ayants droit cèdent à des conditions déterminées à une personne appelée éditeur le droit de fabriquer ou de faire fabriquer en nombre des exemplaires de l'œuvre, à charge pour elle d'en assurer la publication et la diffusion. De même, l’article 132-10 du Code de la Propriété Intellectuelle fait mention : « Le contrat d'édition doit indiquer le nombre minimum d'exemplaires constituant le premier tirage. Toutefois, cette obligation ne s'applique pas aux contrats prévoyant un minimum de droits d'auteur garantis par l'éditeur. » K…ne garantissant pas un minimum de droits d’auteurs et ne versant pas d’à-valoir sur le premier tirage, cette obligation doit être respectée…l’est-elle en ce qui concerne votre ouvrage ? Si ce n’est pas le cas, votre contrat d’édition est nul en droit. Sur mon contrat, ce nombre ne figure pas…

Pourquoi une telle difficulté à faire figurer, ce qui est pourtant une obligation légale, le nombre d’exemplaires du premier tirage dans le contrat d’édition ? Parce ce nombre minimum a un coût, et je vous renvoie amicalement aux discussions précédentes : en impression à flux tendu, « Print On Demand », il n’y a aucun coût d'investissement. Votre contrat d’édition stipule-t-il que le mode de fabrication et de vente est un mode de ce format ?

Autre précision : votre livre a-t-il été enregistré à la BnF comme l’éditeur doit le faire pour toute nouvelle sortie (là encore, il s’agit d’une obligation légale) ? Le mien, non…

Mais encore : les exemplaires de la pré-vente, pré-promotion, annoncés comme série limitée et numérotée ont-il bien été numérotés (plus-value de toute série éditoriale limitée) ? Ceux concernant mon ouvrage, non…encore un vice dans le contrat d’édition.

Pour en terminer : votre livre est-il disponible à la vente sur Amazon ? Le mien non, il est irrémédiablement annoncé « Temporairement en rupture de stock » depuis sa parution, c’est-à-dire depuis 10 mois maintenant…

Voilà, je tiens, cher Richard388, à vous assurer de toute mon empathie et ma bienveillance, et vous encourage à éclaircir ces quelques points avec vos interlocuteurs éditoriaux.

Bien amicalement.
avatar
Pom Daemon
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Nombre de messages : 8
Votre talent : Musique
Points : 0
Date d'inscription : 04/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Kawazu le Mer 28 Nov 2012 - 11:05

Je reviens sur le forum pour donner de nouveaux de mes nouvelles.

J'ai envie de rire quand on me dit que je suis "sévère" alors que je ne fais que raconter mon expérience, le bon comme le mauvais. J'ajouterais aussi que j'ai connu pas mal d'auteurs de Kiro sur une page Facebook cachée qui les défendaient corps et âmes au point de s'en prendre aux autres auteurs malchanceux... Mais maintenant la plupart ont arrêté leurs contrats avec eux et se retrouvent à dire les mêmes choses que moi, voir pire. Donc oui, laissez moi rire encore. Si vous arrivez à avoir une bonne expérience avec eux, tant mieux, mais comme je le disais précédemment... Vous verrez dans quelques temps où je veux en venir.

Je tiens aussi à dire que par contre Kirographaires est maintenant diffusé sur un réseau plutôt connu, ce qui m'étonne qu'une libraire ai dit le contraire. Il fait partie d'Electre, un réseau qu'utilise la plupart des libraires... Dont la FNAC et CULTURA, qui font partie pourtant de la grande distribution. Suspect C'est un des seuls aspects positifs de Kiro d'ailleurs.

Maintenant je vais vous donner mon expérience plus PRECISE. En effet je travaille depuis quelques mois et pour encore longtemps comme conseillère de ventes livres à CULTURA. Donc je suis bien placée pour parler de Kiro puisque je ne suis plus seulement une de leurs auteurs... Je rencontre d'autres auteurs, je participe à la promotion de leurs auteurs et à la diffusion de leurs livres. Et travaillant en librairie, je peux aussi rencontrer les représentants de plus grandes maisons d'éditions. Donc j'ai une autre approche encore de Kiro...

Pour mon livre la promotion avance grâce à moi. Mon livre est en vente à Cultura, en rayon (ce qui est très rare pour des petites maisons d'éditions comme Kiro) parce que je me suis battue pour qu'il le soit. J'ai aussi la chance d'avoir des collègues compétents dont une qui n'a pas peur d'élever la voix au téléphone pour avoir mon livre, car même venant d'une librairie c'est pas si évident d'obtenir des exemplaires par KIRO qui sont plutôt lents à répondre au téléphone et à fournir les livres...

Voilà maintenant 1 an et demi que je fais affaire avec eux et que j'entends cette excuse de maison jeune ou en restructuration, au bout d'un moment ça ne marche plus... Il faut arrêter. Surtout qu'il sortait la même excuse à d'autres auteurs publiés bien avant moi.

Ensuite même auprès des libraires cette maison n'est pas crédible, je suis maintenant bien placée pour le savoir. Quand ils voient l'étendue de leur catalogue pour une maison "jeune", ils se disent qu'il y a un problème.... Si j'ai eu la chance de faire partie des rayons de Cultura, c'est uniquement parce que je travaille là-bas. Sans vouloir vous décourager, si vous n'avez pas de relations, vous avez peu de chance que votre livre publié chez eux fassent partie des librairies... Parce que les libraires ne vont pas se prendre la tête à traiter avec une maison peu sérieuse. Surtout qu'ils préfèrent accepter des livres qui peuvent être retournés ou qu'ils peuvent avoir rapidement, ce que ne permet pas Kiro.

Pour info voilà un an et demi que je me bat pour que mon livre soit disponible sur la FNAC, ce que l'on m'avait promis. Quand j'ai fini, après menaces, par avoir ce droit... Il était noté comme "'indisponible, tirage épuisé". Et quand j'ai demandé des explications à Kiro ils m'ont répondu que je n'avais qu'à contacter moi-même la FNAC ! Très pro... Des mois plus tard j'ai encore envoyé des mails en leur faisant comprendre que je travaillais maintenant en librairie et qu'il serait dans leur intérêt de faire quelque chose pour mon livre car moi je pouvais faire beaucoup pour les livres publiés chez eux... 1h après ils avaient contacté la FNAC et mon livre était de nouveau noté comme disponible et ils m'ont envoyé un mail me signalant qu'ils ne comprenaient pas pourquoi la FNAC avait pris cette liberté, un tout autre discours.

Idem pour avoir un peu de "promo".... J'avais menacé et 1h après ils m'avaient organisé une dédicace dans la ville à côté.... Alors que ça faisait un an que j'attendais qu'ils m'aident un peu dans ma promotion. Mais encore, voilà, il faut menacer, menacer, menacer sans relâche... Et la promo faite seule est quasi impossible car les libraires ont du mal à accepter que ce soit les auteurs qui se présentent ou appel pour proposer leurs livres, ils préfèrent que ce soit les éditeurs, je suis aussi bien placée pour le savoir !

Pareil, voilà des mois que je demande un relevé de mes ventes sans avoir de réponses. C'est simple, quand je le demande dans un mail on l'ignore... AUCUNE réponse alors que j'ai envoyé le même mail à tous les services existants de Kiro. Je veux bien que les réponses soient longues à venir car ils en ont beaucoup à traiter, mais des mois, c'est exagéré. J'ai donc appelé le service ce matin pour avoir des explications et nouvelles, j'ai seulement parlé de mon relevé de ventes. Ils m'ont sorti qu'il y a eu un bug informatique cet été et que tous les relevés doivent être refait. Heu... Bonjour l'excuse... Depuis cet été ça n'avance pas ? Un bug informatique, comme par hasard ? Là encore j'ai du hausser le ton pour qu'on me promette d'essayer de retrouver les informations concernant mes ventes (essayer ?) et qu'on me fournisse au moins une partie de mon relevé ! silent

Voilà un an et demi que je suis publiée chez eux. Je n'arrive pas à avoir de relevés de mes ventes, je ne touche pas mes droits, je n'ai jamais de réponses à mes mails, je n'ai aucune promotion, si je ne faisais pas l'impossible mon livre serait simplement mort... Et je dois me battre tous les jours !

Alors oui c'est une chance qu'on ai nos livres entre les mains. Je ne dis pas le contraire. Mais un livre avec des fautes, mal travaillé, sans promotions ? Je suis désolée mais publier par lulu.com aurait été plus bénéfique car j'aurais obtenu le même résultat sans prises de tête et sans un prix beaucoup trop élevé. Et le fait d'avoir son livre entre les mains ne justifie pas celui que l'on ai aucun droit respecté avec Kiro. Rolling Eyes

Et je finirais avec un... NON KIRO NE LIT PAS TOUS LES MANUSCRITS. C'est sûr que c'est plus rassurant de ce dire que l'on ai accepté car notre livre est bon et qu'ils l'ont aimé. Personnellement je ne me base pas sur le fait que mon livre soit publié pour me donner un avis sur mon écriture mais parce que ce que les lecteurs peuvent m'en dire... Parce que je SAIS que Kiro ne lie pas tous les manuscrits. Ils en lisent sûrement, mais pas tous, avant de les accepter. Pourquoi ? Parce que le délai est impossible à respecter. 15 jours pour lire votre oeuvre alors qu'ils mettent deux mois à répondre ? Vous pensez sérieusement que leur priorité est à la lecture de tous les manuscrits qu'ils reçoivent ? Sérieusement... De plus je connais des personnes qui ont envoyé des manuscrits bidons, sans queue ni tête, acceptés par Kiro ! Ne me dites pas que vous le croyez encore ? Evil or Very Mad

Désolé de cette réponse. Je suis fâchée envers cette maison, je ne le cache pas. Mais je ne dis que l'entière vérité, qu'elle vous plaise ou non... silent
avatar
Kawazu
Talent Habitué
Talent Habitué

Féminin Nombre de messages : 109
Age : 27
Localisation : Châteauneuf-du-pape (84)
Emploi/loisirs : Créations diverses.
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 12/09/2008

http://beaute-de-grenouille.blogspot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Pacô le Mer 28 Nov 2012 - 12:15

Et tiens, une petite capture d'écran très récente de la page facebook des éditions Kirographaire qui pourrait donner raison à Kawazu et Daemon :

Adresse de l'image : http://imperialdream.fr/wp-content/uploads/2012/11/kiro_facebook_auteur.jpg

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 26
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

CQFD !!!

Message  Pom Daemon le Mer 28 Nov 2012 - 21:50

Le message a déjà été effacé dans l'après-midi de leur FB. CQFD !!! Laughing
avatar
Pom Daemon
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Nombre de messages : 8
Votre talent : Musique
Points : 0
Date d'inscription : 04/10/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Kawazu le Jeu 29 Nov 2012 - 16:00

Je connais cela, je me suis déjà servie de ce moyen. Idem, message effacé avec un petit passage d'un du personnel de Kiro pour me dire qu'on pouvait régler ça en privé et pas l'étaler sur Facebook, évidemment quand ça dérange.

J'ai oublié aussi de vous faire part d'une anecdote, qui montre encore le sérieux de cette maison d'édition.

Quand j'ai commencé à travailler chez Cultura, ils n'étaient évidemment pas au courant. J'ai donc demandé à Kiro d'appeler Cultura (Je leur ai dit de quelle ville, je leur ai même donné le numéro) pour s'arranger avec le service librairie qui voulait mes livres en rayon. Je leur ai plus tard demandé des nouvelles, ils m'ont dit les avoir appelé tel jour et avoir eu la responsable du rayon qui aurait dit qu'elle ne prenait pas mes livres en dépôt et qu'il n'y avait plus de place pour les dédicaces...

Le problème ? Ce jour là il n'y avait pas ma responsable, elle était en congé. Deuxième problème ? J'ai demandé à toutes mes collègues de la librairie, personne ne les a eu au téléphone. De plus je travaillais ce jour là. J'ai donc contacté Kiro en leur expliquant que je bossais là-bas, que ma responsable n'était pas là et que je savais que mes collègues ne les avaient pas eu au téléphone. Ils m'ont répondu que ce n'était pas leur faute si mes collègues n'étaient pas capable de se souvenir de mon nom et du titre de mon livre. bounce

avatar
Kawazu
Talent Habitué
Talent Habitué

Féminin Nombre de messages : 109
Age : 27
Localisation : Châteauneuf-du-pape (84)
Emploi/loisirs : Créations diverses.
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 12/09/2008

http://beaute-de-grenouille.blogspot.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les éditions Kirographaires ~ Mon expérience

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum