Commentaires : Le corbeau et la colombe

Aller en bas

Commentaires : Le corbeau et la colombe

Message  Eldunarie le Mer 23 Mai 2012 - 14:58

Premier texte ici, qu'est-ce que vous en pensez ?
avatar
Eldunarie
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Plongée dans un livre
Emploi/loisirs : Lire, écrire, écrire, lire...
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 23/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires : Le corbeau et la colombe

Message  Pilgrim le Mer 30 Mai 2012 - 20:43

Avant toute chose, je tiens à relativiser les commentaires qui vont suivre. Ils vont sans doute te paraître accablants mais sache qu'on est tous passer par là et que je te les livre afin de te donner des pistes de réflexion et de travail. De plus, à toi d'en faire ce que tu veux, de prendre en compte ce qui te semble pertinent et de rejeter ce qui ne te convient pas. Tu es et restes maître de ton texte ! Et mon point de vue n'est qu'un parmi d'autres...

Maintenant, passons aux choses sérieuses !Twisted Evil Ton conte n'est pas dénué de charme ; cependant, selon moi, il contient beaucoup (trop ?) de maladresses, des maladresses de forme sur lesquelles je vais revenir plus en détail et des maladresses de construction sur lesquelles je ne m'étendrai pas (histoire de n'être pas trop assommant !). Sur ces dernières, je ne ferai (pour l'instant ?) que quelques remarques générales (tu en feras ce que tu voudras !). Le déroulement de ton histoire me semble en effet manquer de cohésion : ta narration, d'abord descriptive, se mue ensuite en une énumération ; manque de liant entre les événements et de fluidité ; caractère répétitif ou haché ; des infos que tu donnes sans les avoir préparer (ainsi tu mentionnes tout à coup une princesse, sans que tu l'aies présentée ainsi... et c'est au lecteur de faire le lien avec la colombe !) ... Je ne développerai pas plus. Je préfère pour l'heure m'attarder sur des points de forme.

Avant de me lancer, juste une observation générale : je te conseillerai de toujours privilégier la simplicité, de faire le plus possible "simple" en évitant notamment les phrases trop longues...

corrections ortho., gramm. et syntaxiques ; répétitions ; commentaires

Il était une fois, un pays appelé « Royaume de la Lune ». Seuls y vivaient les oiseaux de la mort, ceux qui l'apporteraient, comme ceux qui l'avaient déjà donnée. Tous les volatiles vivaient sur un immense arbre décharné sur lequel (sur... sur... forme un peu lourde ; pourquoi pas plus simplement : qui n'avait jamais donné ni feuille ni bourgeon mais attention à la répétition de donner) aucune feuille n'avait jamais poussé, ni aucun bourgeon éclot (éclos : participe passé, ici). Autour, d'immenses plaines arides repoussaient (décourageaient les oiseaux ?) tous les oiseaux qui souhaiteraient (attention à la concordance : souhaitaient) s'approcher, ainsi, ils étaient assurés que jamais un oiseau du « Royaume du Soleil » ne s'approcherait (la coordination de ces deux propositions est maladroite ! Peut-être un truc du genre : d'immenses plaines arides décourageaient les oiseaux qui souhaitaient s'approcher et, ainsi, les préservaient de la curiosité des membres du Royaume du Soleil ! Je te fais ces propositions juste à titre indicatif pour illustrer mon commentaire et me faire comprendre ; à toi de trouver la formulation qui te convient le mieux !).

Dans son (non pas son mais ce, puisque tu n'as mentionné pour l'instant aucun personnage particulier) royaume où la tristesse était devise (devise fait bizarre ; la règle ?), un jeune corbeau vivait comme tout le monde. Son plumage et ses yeux étaient aussi noirs qu'une nuit nuageuse et sans lune ("une nuit sans lune" suffit), et son esprit n'était que haine, sang et vices (le terme sang ne me paraît pas le mieux choisi relativement à l'esprit). Une seule chose (chose est un terme à éviter) le distinguait des autres oiseaux de la Lune, était (remplacer était par : ) une petite plume blanche qui restait immaculée, malgré (j'écrirais ici en dépit de plutôt que malgré) tous ses efforts pour la faire disparaître.

Un jour, alors qu'il volait tranquillement dans le ciel nocturne du vaste royaume de la Lune, il tomba sur une colombe. (l'expression tomber sur ne me paraît pas appropriée ici, elle ne relève pas du niveau de vocabulaire à employer ici !) Ou plutôt, elle tomba sur lui, puisqu'elle faisait de la chute libre (elle fait de la chute libre ???!!! ), juste avant qu'il ne la rattrape entre ses serres (ces précisions, telles quelles, me paraissent pour le moins maladroites et quelque peu confuses. Coupe au moins la phrase : elle tomba sur lui (ou se cogna à lui),etc. Et il la rattrapa... Mais pour ma part, je supprimerais le bon mot avec tomber qui n'a pas trop sa place ici et je formulerais plutôt ainsi : ... il heurta une colombe. Ou plutôt elle le heurta. Elle dégringolait des nues ; il eut néanmoins le temps de l'agripper entre ses serres.). Complètement perdue et sans doute un peu naïve, elle était tout de même (pourquoi : tout de même ?) magnifique et brillante de blancheur avec ses plumes immaculées, tel que le soleil ne semblait briller que pour que ses rayons réfléchissent sur son plumage (tel que... que pour que... plumage : formulation très lourde). Ses yeux étaient resplendissants et son bec semblait toujours sur le point de sourire (curieux pour un bec !) à quelqu'un, d'un sourire chaleureux (sourire d'un sourire ???!!!). Son regard redonnait espoir aux plus découragés (ah bon ??!!! et pourquoi ?) et c'est ce qui (c'est ce qui : formulation lourde et pas très élégante à éviter) se produisit. Le corbeau eut envie de lui plaire, de lui ressembler et soudain, tous ses méfaits lui retombaient sur (encore tomber sur !!! Je proposerais : et soudain, tous ses méfaits lui parurent odieux) la conscience. Comment en était-il arrivé là ? Pourquoi avait-il fait (évite autant que possible le verbe faire (verbe à tout...faire), commettre convient ici !) tant de choses (pareil : évite chose) atroces ?

Bon je m'arrête là, pour l'instant ! J'espère reprendre dans pas trop longtemps et surtout ne tiens compte de mes remarques que lorsqu'elles te paraissent utiles et conformes à ta vision !!!
avatar
Pilgrim
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Masculin Nombre de messages : 390
Votre talent : Écriture
Points : 242
Date d'inscription : 12/07/2010

http://benoitcamus.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires : Le corbeau et la colombe

Message  Eldunarie le Jeu 31 Mai 2012 - 18:29

Enfin un commentaire comme je m'y attendais x)

Tout le monde me dit que ce que j'écris est bien ^^" Alors je m'attendais à trouver ici des remarques. C'est le cas, tant mieux.

La plupart des remarques sont justifiées, pour ne pas dire toutes (je parles des commentaires, pas des répétitions ou de la grammaire x) ). Pour les répétitions, sache que je penses que de toute manière, je vais modifier un peu le décors de l'histoire, donc je vais tout relire et changer quelques mots par-ci par-là.

Je vais tout de même prendre en note toutes les remarques, histoire de m'améliorer.

PS : Oui, j'ai trouvée ça accablant x) Mais je m'y attendais, donc ça ne m'a pas du tout surprise.
avatar
Eldunarie
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Plongée dans un livre
Emploi/loisirs : Lire, écrire, écrire, lire...
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 23/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires : Le corbeau et la colombe

Message  Pilgrim le Jeu 31 Mai 2012 - 21:24

Surtout ne te décourage pas !!! La critique n'est jamais facile à accepter, surtout quand le texte est encore frais... Avec un peu de recul, on comprend souvent mieux le point de vue de l'autre. Et il ne faut pas hésiter à travailler et retravailler mais il faut aussi savoir ne pas trop se laisser influencer et garder sa propre ligne d'expression. Dans ce que je te dis, il y a sûrement des points,ou des propositions, qui ne correspondent pas à ta manière de voir ton texte, alors mets-les de côté ou approprie-les toi de façon à en faire de l'Eldunarie...

Je vais poursuivre sur la forme. Je tâcherai, cependant, d'être un peu plus concis et moins intrusif (je vais limiter mes propositions et me contenter de t'indiquer les passages qui, selon moi, mériteraient d'être revus. Après, à toi de changer ou pas, comme tu le souhaites !)

Corrections, répétitions, commentaires

Il voulait réparer ses erreurs (réparer ses erreurs est une expression un peu faible quand il s'agit de choses atroces, se racheter ???), même s'il devait y investir (investir n'est peut-être pas le terme le plus approprié) tout le reste de sa vie et pouvoir (je supprimerais pouvoir qui n'est pas indispensable et qui alourdit la phrase) voler fièrement auprès de la belle colombe sans qu'on ne le juge, sans qu'on ne lui rappelle son passé et sans qu'il en est (ait) honte. (Pense à faire simple, tu gagneras en fluidité.)

Sauf que (l'expression sauf que est maladroite, elle ne colle pas avec le style et le champ lexical employé. Cela irait si tu utilisais un langage "parlé" pour raconter ton histoire) la colombe voulut rentrer dans son royaume, dont elle était la princesse (tu as rajouté cette info depuis hier ? Je couperais la phrase, ici.) et le corbeau du (dut) la laisser s'en aller, (je couperais ici aussi !) sans pouvoir rien faire qui puisse l'obliger à rester au royaume de la Lune. (évite de trop utiliser les verbes comme pouvoir, faire, laisser ; souvent, il y a moyen de s'en passer et n'enchaîne pas trop les infinitifs les uns après les autres (les successions d'infinitifs procurent une impression de lourdeur !)

Touchant le fin fond (fin fond est un peu éculé, fond suffit !) du désespoir, sachant qu'il ne la reverrait sans doute jamais, le corbeau la regardait s'en aller, loin de lui et sans doute pour toujours, quand il remarqua un petit ruban rouge vif, tombé au sol. (encore une seule longue phrase alors que tu pourrais couper et gagner en légèreté, notamment en remplaçant ces participes présents un peu lourds par leurs formes à l'indicatif)

L'oiseau noir se posa à côté et ramassa le ruban dans (avec ?) son bec orange. Aucun doute qu'il (aucun doute que n'est pas correct !) devait appartenir à l'oiseau blanc, il ne pensait même (phrase incorrecte ! Il était persuadé de l'avoir vu... ???) l'avoir vu accroché à sa patte, juste avant qu'il ne se détache et glisse jusqu'au sol.

Il sourit, en pensant qu'ainsi il avait une bonne raison d'aller (tu utilises beaucoup le verbe aller ! Essaie de varier ton vocabulaire, ton texte ne s'en trouvera que plus riche !) au royaume du Soleil. (Je couperais encore cette phrase : Il sourit. Il avait une bonne raison...)Alors, un jour, tandis que tous les oiseaux du royaume de la Lune se reposaient sur l'arbre au centre de la plaine, le corbeau s'envola vers le royaume de la colombe blanche.

Sauf que (encore !!! Cette expression ne le fait vraiment pas ici !) là-bas, ils ne voulaient pas d'un corbeau, d'un oiseau de la Lune, qui pourrait semer (tu abuses des verbes vouloir, pouvoir...) la pagaille de (dans) leur royaume si tranquille. Ainsi (ce terme en plus n'est pas le plus approprié ici), le corbeau, avant de s'y rendre, transperça un sac de farine et s'y plongea tout entier (je couperais : il devint aussi blanc que...) pour devenir entièrement blanc, comme ceux du Soleil.

Alors (alors ne me paraît pas indispensable ! De manière générale, méfie-toi de ces mots de liaison comme alors, ainsi... Utilisés à tout va, ils donnent un petit côté enfantin au texte) il réussit à traverser sans problème la limite du royaume du Soleil, le ruban coulour carmin toujours emprisonné dans son bec.

En ce parcourant (en ce parcourant n'est pas correct) à tir d'aile (tire-d'aile) les plaines, (en survolant les plaines ???) ici verdoyantes, il entendit parler de la belle princesse qu'il avait rencontrée (la proposition : qu'il avait rencontrée ne me paraît pas indispensable). Apparemment (pas indispensable non plus et maladroit), elle organisait le soir même un grand bal où tous étaient conviés. Cela ferait une bonne raison pour le corbeau déguisé d'aller se poser sur le grand pommier qui servait de maison à la famille royale (phrase lourde et maladroite ! ). Pas mécontent de sa découverte, il se dirigea donc vers l'arbre et se posa au milieu des autres oiseaux du Soleil qui déjà attendait le début des festivités. (Je simplifierais tout ça, depuis cela ferait... par exemple : Le corbeau saisit l'aubaine. Il se posa sur le grand pommier, demeure de la famille royale, auprès des sujets du Soleil, et attendit en leur compagnie le début des festivités. ??? ou quelque chose de ce genre... ) Ils étaient tous brillants sous les rayons dorés de l'astre.

Le corbeau ne parlait à personne. Il n'aurait su que dire à ses beaux oiseaux que les siens haïssaient. Lui aussi les détestait avant. (j'ajouterais une phrase de liaison ici (genre il attend ou patiente ou s'impatiente...), et supprimerais ensuite soudainement) Le chant des valets s'éleva soudainement et une magnifique colombe fit son apparition au sommet de l'arbre, (je couperais la phrase) entamant une douce descente. Elle était si belle qu'elle faisait de l'ombre aux autres volatiles et quand elle volait, elle le faisait sans effort, comme si l'air la portait pour qu'elle ne se fatigue jamais (et elle volait avec une telle légèreté que l'air semblait la porter (la soulever ?) ??? Me voilà encore intrusif !!!) .

Bien évidemment, comme il aurait s'en douter, (ce qui précède est-il vraiment indispensable au texte ? Ne pourrait-on dire directement : elle se posa (ou s'installa) aux côtés des dignitaires du royaume) elle se posa au milieu des convives les plus importants du royaume, sur une branche haute et loin de lui. Le corbeau, attristé, resta seul, le ruban dans le bec. La princesse n'avait pas le reconnaître, de loin.(Plus simplement : La princesse ne l'avait pas reconnu.)

Je me montre à nouveau un peu trop intrusif avec mes propositions. Aussi, je préfère m'arrêter là pour aujourd'hui. J'essaierai de terminer un peu plus tard, à moins que tu n'y tiennes pas. Tu as peut-être ta dose !
avatar
Pilgrim
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Masculin Nombre de messages : 390
Votre talent : Écriture
Points : 242
Date d'inscription : 12/07/2010

http://benoitcamus.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires : Le corbeau et la colombe

Message  Pilgrim le Ven 1 Juin 2012 - 13:34

Je poursuis !

La soirée passa et arrivé(e) au terme, tous les invités ou presque étaient parti(s) . (Là aussi, tu dis trois fois un peu la même chose : soirée arrivée à terme, invités partis, ne restent que quelques convives ! Pourquoi pas, plus simplement : La soirée passa. Ne restaient à présent que quelques convives, dont le corbeau.) Ne restaient que quelques convives, dont le corbeau déguisé. Il s'en alla se poser sur un petit arbre proche et s'installa sur une branche. Soudain (pas indispensable !), alors que la lune illuminait la plaine, son regard fut attiré par un rayon lunaire qui captait un énième plumage (un rayon qui capte un plumage ??? Je ne vois pas trop, "capter" ne me paraît pas approprié ici) dans le pommier où c'était (s'était) déroulée la fête. (phrase longue et confuse qui gagnerait à être découpée)

Intrigué, il s'approcha et reconnut la jeune colombe. Le corbeau se posa dans une zone d'ombre (maladroit, tu peux te contenter de dire : où il ne pouvait être vu ou à l'abri des regards, ou...) où il ne pouvait être vu et observa la scène. L'oiseau blanc chantait. Sa voix s'élevait vers le clair de lune. Fluide comme de l'eau (comme l'eau), légère comme le vent, chaque note semblait vouloir rester (semblait vouloir rester : un peu lourd) en suspention (suspension) dans l'air (coupe ta phrase) et le temps s'arrêtait l'espace d'un instant (l'espace d'un instant : pas indispensable), comme voulant le graver à jamais.

Il attendit qu'elle finisse, avant de faire quelques bonds dans sa direction et d'arriver devant elle (Il attendit qu'elle finisse. Puis, en quelques bonds, la rejoignit ???). Elle recula un peu, surprise et lui sourit. D'un de ces sourires qu'on n'oublie pas. Qu'on ne partage pas avec d'autres (un sourire qu'on partage avec d'autres ?), de peur qu'il ne s'efface.

Le corbeau blanc lui tendit le ruban, qu'elle reconnut (tu utilises aussi beaucoup le verbe reconnaître) tout de suite. Elle le saisit délicatement, comme un pétale de fleur pourpre et délicat, avant de le passer (de même avec le verbe passer ! Essaie d'élargir ta palette de vocabulaire !) autour de son cou gracieux.

Soudain, alors qu'elle le remerciait, il secoua son plumage et battit des ailes avec force pour enlever toute la farine qui recouvrait ses plumes d'un noir luisant. En quelques secondes, il était redevenu le corbeau noir. Mais son coeur amouraché était toujours là et il guettait avec espoir la réaction de la belle colombe.

Celle-ci le regarda avec effroi et recula de quelques bonds, avant de s'envoler en un battement d'ailes, sans un regard en arrière, sans un dernier sourire, le ruban rouge toujours autour de son cou gracieux.

(Tu pourrais faire plus simple et te passer de précisions qui sont un peu redondantes (voire répétitives), on a un peu l'impression que tu dis toujours la même chose !)

Le soleil du corbeau venait de s'éteindre (coupe ici !) et tristement, il quitta le royaume du Soleil et revint à celui de la Lune. Il s'installa à nouveau sur l'arbre hostile. (tu emploies toujours un peu les mêmes mots, ce qui donne une impression de pauvreté linguistique à ton texte)

Alors, à compté (compter) de ce jour, il perdit une plume par jour. Une à une, elles tombèrent au sol sous son regard charbon. Jusqu'au dernier jour où il ne lui restait (resta) qu'une plume : la blanche. (jusqu'au jour où il ne lui en resta qu'une... ?)




Ce jour-là, quand l'oiseau tomba sombrement de l'arbre pour s'écraser face contre sol, sans jamais se relever, beaucoup de rumeurs coururent à propos de sa mort. (un peu alambiqué et maladroit comme construction)

Certains pensèrent que c'était à cause du fait qu'il (très lourd !!!) ne s'était plus nourri après sa dernière rencontre avec la princesse du Soleil. D'autres, qu'un mauvais coup de vent avait fini de l'achever. Quelques oiseaux noirs pensèrent que c'était dû au fait qu'il (lourd !) était resté trop longtemps sous le soleil de l'autre royaume et que cela lui avait été fatal. (essaie de reformuler plus simplement !)

Mais en réalité, personne ne sait (tu passes au présent !!!) la vérité. Personne ne sait qu'à cause de sa première et dernière peine de coeur qu'il mourut (construction incorrecte !). Car, le dernier jour, alors qu'il écoutait d'une oreille lase (lasse) les conversations des autres oiseaux de la Lune, il entendit la sombre nouvelle. Signe de joie pour beaucoup. Mais pas pour lui. (essaie de revoir ce passage, dont la construction est maladroite !)

La princesse avait, le soir du bal, fêté ses fiançailles. Elle se mariait (le passé simple, plutôt ?) le lendemain même de la mort du corbeau.

Voilà ! Pour résumer en deux points, je te conseillerais d'enrichir ton champ lexical et de simplifier ! Vois, par exemple, si ce que tu dis en 4 lignes, une seule ne suffirait pas pour exprimer la même chose... D'un autre côté, tu pourrais densifier le texte en apportant des précisions sur tel ou tel aspect. Par exemple, s'agissant du pommier, tu dis que la princesse y rejoint les hauts personnages, tu pourrais décrire un peu comment les participants sont placés (les personnages importants au centre de l'arbre et autour les classes inférieures, ou alors les personnages importants sur la cîme et les autres en-dessous en fonction de leur rang ; de tels détails donneraient des indications sur la hiérarchie et le mode de fonctionnement du royaume sans en rajouter). Ou alors sur la distance qui sépare les deux royaumes, tu pourrais décrire un peu les espaces que traverse le corbeau pour rejoindre le royaume du soleil (il survole des mers, des montagnes, des déserts... ou pas ?), cela accentuerait l'idée d'opposition entre les deux peuples d'oiseaux... De même, tu pourrais expliquer pourquoi la princesse se retrouve chez le corbeau : par exemple, elle pourrait s'être perdue et à bout de forces, elle chute...

Bref, tout ça pour dire que d'un côté tu pourrais élaguer et simplifier (et éviter les redites) et de l'autre densifier en apportant des infos qu'on n'a pas...

Je m'arrête ! Je crois que je t'ai assez assommée !Twisted Evil Une fois que tu auras lu les commentaires, je te conseille de prendre un peu de recul, tu y réfléchis mais surtout tu n'y reviens pas... Tu laisses passer quelques jours et tu revoies ton texte sans relire les commentaires, comme ça tu te préserves d'influences qui pourraient dévoyer le sens de ce que tu souhaites exprimer.
avatar
Pilgrim
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Masculin Nombre de messages : 390
Votre talent : Écriture
Points : 242
Date d'inscription : 12/07/2010

http://benoitcamus.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires : Le corbeau et la colombe

Message  Pilgrim le Ven 6 Juil 2012 - 14:01

Alors ? Avec le recul, ces commentaires t'ont-ils été un peu utiles ou ai-je été complètement à côté de la plaque ? Ce serait intéressant pour moi de savoir s'ils t'ont apporté un plus ou s'ils t'ont plus gênée qu'autre chose... Parce qu'en fonction, je pourrais revoir ma manière de commenter et nous éviter, à toi comme à moi, une perte de temps... Là, j'ai un peu l'impression de faire fuir...
avatar
Pilgrim
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Masculin Nombre de messages : 390
Votre talent : Écriture
Points : 242
Date d'inscription : 12/07/2010

http://benoitcamus.eklablog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires : Le corbeau et la colombe

Message  Pacô le Ven 6 Juil 2012 - 17:39

Personnellement, je les trouve très bien tes commentaires Pilgrim ^^".

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 26
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires : Le corbeau et la colombe

Message  Emy19 le Dim 22 Juil 2012 - 21:01

Bonjour, j'espère que les conseils pertinents de Pilgrim t'ont aidé. Tiens nous au courant de l'évolution de ton travail d'écriture. Bon courage !

vivait comme tout le monde
C'est trop général, ils vivent comment les oiseuax du Royaume de la Lune ?

il tomba sur une colombe.
Trop familier

brillante de blancheur avec ses plumes immaculées
blancheur et immaculées font répétitifs

el que le soleil ne semblait briller
Comment le soleil peut briller au royaume de la lune ? Je m'imaginais un univers sombre.

son bec semblait toujours sur le point de sourire à quelqu'un, d'un sourire chaleureux.
Sourire est répété. Je suis peut-être trop terre à terre mais j'ai du mal à imaginer un oiseau sourire. C'est voulu ?

lui retombaient sur la conscience
retombaient est trop familier

Je trouve la prise de conscience un peu rapide. On ne voit pas le cheminement du corbeau, ses doutes, ses souvenirs qui affluent...J'aimerais bien savoir ce qui le fait souffrir autant.

bec orange
orange n'est pas utile ici

Alors, un jour,
et
Sauf que là-bas
Possible à l'oral mais moins à l'écrit

Sauf que là-bas, ils ne voulaient pas d'un corbeau, d'un oiseau de la Lune, qui pourrait semer la pagaille de leur royaume si tranquille. Ainsi, le corbeau, avant de s'y rendre, transperça un sac de farine et s'y plongea tout entier pour devenir entièrement blanc, comme ceux du Soleil.
Il manque une phrase de transition qui explique le retour du corbeau dans son royaume pour élaborer son stratagème. La construction avec le "ainsi" est mal appropriée.

En ce parcourant à tir d'aile les plaines
Le "ce" est de trop

Sa voix s'élevait vers le clair de lune. Fluide comme de l'eau, légère comme le vent, chaque note semblait vouloir rester en suspention dans l'air et le temps s'arrêtait l'espace d'un instant, comme voulant le graver à jamais.
Je trouve la fin de la phrase maladroite.

J'aime bien le passage de la rencontre entre le corbeau et la colombe. J'en ai eu un pincement au coeur pour ce pauvre corbeau. Attention tu as répété "cou gracieux"


Certains pensèrent que c'était à cause du fait qu'il ne s'était plus nourri après sa dernière rencontre avec la princesse du Soleil. D'autres, qu'un mauvais coup de vent avait fini de l'achever. Quelques oiseaux noirs pensèrent que c'était dû au fait qu'il était resté trop longtemps sous le soleil de l'autre royaume et que cela lui avait été fatal.

Mais en réalité, personne ne sait la vérité. Personne ne sait qu'à cause de sa première et dernière peine de coeur qu'il mourut. Car, le dernier jour, alors qu'il écoutait d'une oreille lase les conversations des autres oiseaux de la Lune, il entendit la sombre nouvelle. Signe de joie pour beaucoup. Mais pas pour lui.

J'enlèverai presque cette partie car j'ai une préférence pour les fins courtes et "fracassantes". Attention aux "c'était" qui alourdissent les phrases sinon j'ai aimé la fin.

En conclusion l'idée du conte est joliment trouvé et le parcours du corbeau bien décrit. Il faut soigner le registre d'écriture que tu utilises et bien faire attention au langage oral retranscrit à l'écrit. Veille également à ne pas faire de répétitions. Des images pertinentes sont trouvées et la fin change des "happy end". Pilgrim a fait une analyse très détaillée et constructive du texte donc je ne rajouterai rien. A toi de jouer !
avatar
Emy19
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 46
Age : 35
Localisation : Uzès
Emploi/loisirs : Musique et littérature
Votre talent : Aucun
Points : 12
Date d'inscription : 16/07/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires : Le corbeau et la colombe

Message  Eldunarie le Mer 29 Aoû 2012 - 15:24

Si si, je pense que ça va bien m'aider pour la suite, merci Pligrim ^^ (désolée de ne répondre que maintenant, je n'avais pas vus qu'il y avait eut de nouveaux postes ici >.<)

Je vais reprendre la nouvelle et voir ce qui ne va pas Wink et merci aussi pour Emy19 ^^ je vais tout regarder, tout relire, et essayer de m'améliorer.

Mais, juste cette remarque sur les répétitions m'a énormément aidée pour les textes que j'écris, je fais bien plus attention maintenant ^^
avatar
Eldunarie
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 25
Age : 21
Localisation : Plongée dans un livre
Emploi/loisirs : Lire, écrire, écrire, lire...
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 23/05/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaires : Le corbeau et la colombe

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum