Commentaire pour «Apparition»

Aller en bas

Commentaire pour «Apparition»

Message  Jaellia le Ven 23 Nov 2012 - 14:58

Bonjour petit peuple d'ImperialDream, j'attend vos impressions. ^^
avatar
Jaellia
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 94
Age : 22
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : Étudiante
Votre talent : Dessin
Points : 28
Date d'inscription : 15/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire pour «Apparition»

Message  Pacô le Dim 25 Nov 2012 - 11:22

Bonjour,

Tu as bien fait de préciser que tu suivais les règles québécoises, j'étais en train de relever un à un les oublis d'espaces insécables. Je me suis d'ailleurs permis de vérifier sur Google cette singularité canadienne, et effectivement (rien d'étonnant tongue ) le code typographique du Québec suit les règles anglo-saxonnes. C'est-à-dire pas d'espace. D'ailleurs, il n'en faut pas plus avant les points d'interrogation, les deux-points ou les points d'exclamation apparemment. Je trouve que ça ne fait pas très aéré cela dit ^^".
Bon pour commencer, mon petit relevé au fil de ma lecture :
Spoiler:
La nature se hâtait de tout dissimuler, des immenses édifices en ruine aux routes délabrées, en passant par les ivrognes assommés d’alcool qui jonchaient les rues.
=> histoire d'éviter ce "en passant par" pas très heureux, je proposerais une expression du genre "et même"

La majorité d’entre eux marmonnait paroles inintelligibles et menaces,
=> l'absence de déterminants est certainement voulue, mais je trouve que ça fait un petit "manque" dans la lecture de cette phrase

une bouteille vide à la main; mais d’autres reposaient en parfait silence, leur nez rougeaud ayant déjà expiré un ultime souffle.
=> A ta place, j'opterais pour un point, histoire de redonner un souffle à la lecture.

Mais le souvenir de son visage maigre et de son corps blessé la hantait.
=> je ne suis pas sûr que le "Mais" ici soit bien utile. Si tu l'enlèves, la phrase s'allège et rentre plus dans son role de début de paragraphe.

par une impression de quiétude sous ses couvertes tièdes
=> couvertures plutôt non ?

puis plaqua y son corps nu avant de licher le sang sur ses doigts d’une façon obscène
=> des petites étourderies ^^

certaines infectés et d’où s’écoulait du pu mêlé de sang.
=> infectées (accord avec certaines)
=> du pus (toujours avec un "s")

Peut-être dû à une calvitie, ses cheveux pleins de nœuds commençaient sur le dessus de son crâne
=> je pense que ta phrase est maladroite, parce que la première proposition n'a pas de lien logique avec la proposition principale. Sauf si tu accordes le "dû" avec "cheveux", mais ça n'aurait pas beaucoup de sens avec les cheveux qui provoquent la calvitie...

C'est une reprise de ton ancien texte ?
Sur la forme, je dirais que c'est assez agréable à lire : à la fois divertissant et à la fois stimulant par quelques images bien trouvées et des tournures de langues un peu plus travaillées et plaisantes. Attention toutefois de ne pas en faire "trop", en surabondant d'adjectifs. Notamment, dans les deux premiers paragraphes, dans la description de la ville :
d’un appartement morne présentait une vue désolante
Mais c'est pas hyper choquant, puisque ça s'estompe très vite comme impression.

Sur le fond, je dirais que tu oublies bien vite la description de la ville - réussie pour nous donner froid dans le dos tongue - pour être nous concentrer sur la jeune fille qui se mutile. Par conséquent, on se demande un peu à quoi sert ce paysage délabré, avec des sans-abris et diverses misères dans les rues ? Et d'ailleurs, pourquoi se mutile-t-elle ? Certes, sa vie n'a pas l'air chouette, mais a-t-elle un genre de "démon" en elle qu'il lui faut combattre ?
Ce serait intéressant à développer, et peut-être finalement plus judicieux que la description du paysage extérieur - si ensuite ce paysage n'a aucune incidence sur le reste de la nouvelle. Pour moi, une nouvelle a la particularité, au contraire du roman, de de se concentrer sur l'essentiel de son sujet. Dis moi si je me trompe avec la suite, en montrant que le paysage a une importance.
Quoique, contre moi-même, je dirais qu'il a une incidence sur l'ambiance "malsaine" du récit. tongue

Et dernière petite remarque au passage de ma lecture :
Le givre y formait d’abstraits dessins, qu’elle gratta d’un geste distrait.
Le givre est à l'intérieur de l'appartement - puisqu'elle peut le gratter ? Donc comment se fait-il qu'elle ne grelotte pas de froid, si elle est toute nue ?
Une question pratique mais qui sert à la crédibilité du récit et de l'environnement. On tient difficilement nu avec une température avoisinant les négatives... Neutral


Bon dimanche et tu nous diras combien tu as eu pour cette nouvelle ! Wink

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 26
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire pour «Apparition»

Message  Jaellia le Dim 25 Nov 2012 - 17:09

Pacô a écrit:Bonjour,

Tu as bien fait de préciser que tu suivais les règles québécoises, j'étais en train de relever un à un les oublis d'espaces insécables. Je me suis d'ailleurs permis de vérifier sur Google cette singularité canadienne, et effectivement (rien d'étonnant tongue ) le code typographique du Québec suit les règles anglo-saxonnes. C'est-à-dire pas d'espace. D'ailleurs, il n'en faut pas plus avant les points d'interrogation, les deux-points ou les points d'exclamation apparemment. Je trouve que ça ne fait pas très aéré cela dit ^^".

Oui, ça m'avait surpris un moment la nécessité de placer un espace avant ces signes, puisque je n'en avais jamais entendu parler... Mais bon, tout est question de perspective, moi je trouvais que c'était des espaces inutiles. Laughing

Bon pour commencer, mon petit relevé au fil de ma lecture :
Spoiler:
La nature se hâtait de tout dissimuler, des immenses édifices en ruine aux routes délabrées, en passant par les ivrognes assommés d’alcool qui jonchaient les rues.
=> histoire d'éviter ce "en passant par" pas très heureux, je proposerais une expression du genre "et même"

La majorité d’entre eux marmonnait paroles inintelligibles et menaces,
=> l'absence de déterminants est certainement voulue, mais je trouve que ça fait un petit "manque" dans la lecture de cette phrase

Oui, c'est voulu... Je trouve que ça fait plus naturel et fluide sans déterminant.

une bouteille vide à la main; mais d’autres reposaient en parfait silence, leur nez rougeaud ayant déjà expiré un ultime souffle.
=> A ta place, j'opterais pour un point, histoire de redonner un souffle à la lecture.

Mais le souvenir de son visage maigre et de son corps blessé la hantait.
=> je ne suis pas sûr que le "Mais" ici soit bien utile. Si tu l'enlèves, la phrase s'allège et rentre plus dans son role de début de paragraphe.

par une impression de quiétude sous ses couvertes tièdes
=> couvertures plutôt non ?

Possible oui, mais il me semble que les deux se disent... Expression québécoise, j'imagine. ^^'

puis plaqua y son corps nu avant de licher le sang sur ses doigts d’une façon obscène
=> des petites étourderies ^^

Ha oui c'est du joli ce passage. Shocked

certaines infectés et d’où s’écoulait du pu mêlé de sang.
=> infectées (accord avec certaines)
=> du pus (toujours avec un "s")

Peut-être dû à une calvitie, ses cheveux pleins de nœuds commençaient sur le dessus de son crâne
=> je pense que ta phrase est maladroite, parce que la première proposition n'a pas de lien logique avec la proposition principale. Sauf si tu accordes le "dû" avec "cheveux", mais ça n'aurait pas beaucoup de sens avec les cheveux qui provoquent la calvitie...

Oui, cette phrase me dérangeait aussi... je retravaille ça.

C'est une reprise de ton ancien texte ? Oui
Sur la forme, je dirais que c'est assez agréable à lire : à la fois divertissant et à la fois stimulant par quelques images bien trouvées et des tournures de langues un peu plus travaillées et plaisantes. Attention toutefois de ne pas en faire "trop", en surabondant d'adjectifs. Notamment, dans les deux premiers paragraphes, dans la description de la ville :
d’un appartement morne présentait une vue désolante
Mais c'est pas hyper choquant, puisque ça s'estompe très vite comme impression.

Sur le fond, je dirais que tu oublies bien vite la description de la ville - réussie pour nous donner froid dans le dos tongue - pour être nous concentrer sur la jeune fille qui se mutile. Par conséquent, on se demande un peu à quoi sert ce paysage délabré, avec des sans-abris et diverses misères dans les rues ?

Premièrement, je veux donner une certaine ambiance à mon récit. Le froid, la pauvreté, la tristesse, etc. sont des choses ressenties dans la ville mais aussi chez la jeune femme. L'histoire tourne beaucoup autour de la fenêtre, qui est la connexion entre la ville et la chambre, je trouvais important aussi de parler de l'autre côté. Mais la raison principale est que je veux donner le nombre d'étage puisqu'à la fin la femme se jette par la fenêtre ; hors si je ne mentionne pas la hauteur, la gravité de son geste se trouve réduit puisque le lecteur ne sait pas si ça l'a tué.

Et d'ailleurs, pourquoi se mutile-t-elle ? Certes, sa vie n'a pas l'air chouette, mais a-t-elle un genre de "démon" en elle qu'il lui faut combattre ?

La folie. Pour le démon, oui et non, puisque l'apparition est le fruit de son imagination et est en fait une réflection d'elle même.

Ce serait intéressant à développer, et peut-être finalement plus judicieux que la description du paysage extérieur - si ensuite ce paysage n'a aucune incidence sur le reste de la nouvelle. Pour moi, une nouvelle a la particularité, au contraire du roman, de de se concentrer sur l'essentiel de son sujet. Dis moi si je me trompe avec la suite, en montrant que le paysage a une importance.
Quoique, contre moi-même, je dirais qu'il a une incidence sur l'ambiance "malsaine" du récit. tongue

Et dernière petite remarque au passage de ma lecture :
Le givre y formait d’abstraits dessins, qu’elle gratta d’un geste distrait.
Le givre est à l'intérieur de l'appartement - puisqu'elle peut le gratter ? Donc comment se fait-il qu'elle ne grelotte pas de froid, si elle est toute nue ?

Merci, tu m'as fais réalisé que je n'avais pas vraiment parlé du froid à l'intérieur...

Une question pratique mais qui sert à la crédibilité du récit et de l'environnement. On tient difficilement nu avec une température avoisinant les négatives... Neutral


Bon dimanche et tu nous diras combien tu as eu pour cette nouvelle ! Wink

Merci ^^
avatar
Jaellia
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Féminin Nombre de messages : 94
Age : 22
Localisation : Québec
Emploi/loisirs : Étudiante
Votre talent : Dessin
Points : 28
Date d'inscription : 15/12/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire pour «Apparition»

Message  MémoireDuTemps le Jeu 29 Nov 2012 - 19:44

Jaellia a écrit:
Spoiler:
….............
Mais d’autres reposaient en parfait silence, leur nez rougeaud
ayant déjà expiré un ultime souffle. Dit
ainsi, on dirait qu'il y a nombre de décès, est-ce ton intention ?

….............
Le givre y formait d’abstraits
dessins, qu’elle gratta d’un geste distrait, frissonnante.
si elle a fermé la fenêtre il ne devrait pas y avoir de givre à
l'intérieur, non ?

….............
L’être
se hissa sur le rebord de la fenêtre, où elle s’assit. À
l’opposé, la fille paralysée par la peur se retrouvait incapable
de tout mouvement; c’est ainsi qu’une main aux ongles arrachés
et aux chairs blessées se plaça vis-à-vis celle de sa victime. Le
sang marqua la vitre d’une paume couronnée de cinq doigts croches.
tu me rassures, elle est toujours fermée
la fenêtre ?



….............
L’être
cessa alors ses agitations, et cette immobilité provoqua chez sa
victime une frayeur grandissante. Le corps tendu, elle ressemblait à
un fauve à l’affut je
crois qu'il faut toujours mettre un circonflexe
, prête à
sauter sur sa proie.


….............

Elle
entoura sa poitrine de ses bras et adopta un léger mouvement de
balancier tout en fredonnant; elle désirait couvrir le martellement
accent
grave et un seul l
sur sa fenêtre, se
convaincre que tout ceci n’était qu’un cauchemar.
….............
Comme d'habitude ton texte est parfaitement écrit et en plus cadre je pense à ton intention, retranscrire une certaine angoisse à la limite de l'horreur en évitant le gore, ou plutôt limitant le gore . Et, moi, je l'ai ressentie cette angoisse, effet réussi.

Mais hélas il y a un gros défaut : en utilisant un maximum de pronoms, on ne sait plus qui est qui (je sais, la fin l'explique...) puisque tout est au féminin. Le fait que ce soit une seule et même personne m'a fait penser : c'est volontaire... ben non, pas pour moi, ça ne passe pas et si ton lecteur devine que ça l'est... alors ton écrit perd sa chute et donc de son intérêt...
Alors une suggestion : nommer ton personnage déjà et pour l'autre utiliser le masculin parfois et jouer sur par exemple la dualité « être » et « créature » par exemple... et peut-être alors jouer sur l'ambiguïté du féminin dans certains cas.
L'autre petite interrogation c'est la rupture entre le début et sa suite, deux parties aussi séparées pour une nouvelle, est-ce vraiment utile ? (remarques faites par des lecteurs et jurés à propos d'une de mes nouvelles, celle sur l'apocalypse climatique)

__________________________________
Parce que moi je rêve, moi je ne le suis pas. ("Léolo" - Jean-Claude Lauzon)
avatar
MémoireDuTemps
Admin

Féminin Nombre de messages : 1517
Age : 47
Localisation : À l'est, là où les lérots vont boire
Emploi/loisirs : lérotte numérique
Votre talent : Écriture
Points : 867
Date d'inscription : 12/02/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire pour «Apparition»

Message  Pacô le Lun 3 Déc 2012 - 12:54

Me revoilà pour terminer la lecture Smile.
Spoiler:
qu’elle avait mordues si fort sous l’effet de la terreur.
=> maladroit "sous l'effet"

elle désirait couvrir le martellement sur sa fenêtre,
=> martèlement

qui éclata en milliers de cristaux.
=> ça fait peut être un peu beaucoup tongue

Bon, je connaissais la chute, alors pas de très grosse surprise. Et justement, puisque nous y sommes sur cette chute, j'ai trouvé que le récit présentait des incohérences. Il aurait peut être été plus judicieux de faire des parallèles entre les gestes de l'apparition, et les gestes de la victime. Mieux encore, quand elle s'écarte de la fenêtre, il aurait fallu jouer avec le fait que l'apparition disparaissait... et qu'elle réapparaissait quand elle s'approchait à nouveau non ? Parce qu'à un moment, elle se recroqueville - donc elle doit être sous le rebord de la fenêtre - et il ne devrait plus y avoir son reflet dans la vitre ?
Mais sinon, je salue l'idée que je trouve excellente. La métaphore du traumatisme - de l'hallucination psychotique oserais-je ajouter - s'inscrit tout à fait dans le contexte et l'ambiance du récit.

Ma dernière remarque portera sur la dénomination des personnages. Même s'il s'avère qu'à la fin, l'apparition et la jeune fille ne forment qu'une seule et même personne, il est compliqué au fur et à mesure de la lecture de les distinguer. Je ne peux que te conseiller des marques plus différenciées dans le vocabulaire pour désigner la jeune femme - psychologiques et pas physiques pour ne pas se rendre compte de la chute finale - et l'apparition - plus physique, pour ensuite plus se rendre compte du parallèle avec la jeune femme.
Tu le fais un peu au début, mais sur la fin, la confusion est palpable.

Très bon texte en conclusion Smile.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 26
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Commentaires Apparition

Message  JDR le Sam 15 Déc 2012 - 17:28

Bonjour,

J'ai lu avec intérêt cette nouvelle et je l'ai trouvée extraordinaire. Extraordinaire par la façon dont c'est travaillé, par le ton qui lui est donné et l’ambiance qui s'y dégage.
La structure du récit qui nous emmène de l’extérieur vers l’intérieur pour ce centrer sur le personnage avant d'arriver à l'entrée en scène de l'apparition est très bien amenée. Sans défaut, cette structure apporte tout son intérêt à l'histoire jusqu'à son terme, jusqu'à la chute finale.
Le ton qui est posé nous saisit avec cette atmosphère froide et glauque sans jamais nous lâcher. Il y a une continuité fort bien maîtrisée.
L'ambiance effrayante qui ressort de l'ensemble est très bien rendue par un style pertinent et efficace.

On l'aura compris ce texte m'a laissé sans voix et m'a fait penser à deux livres d'auteurs reconnus (que je ne citerais pas ici).

Trois remarques cependant :
- Au 7ème paragraphe, dans la phrase : "...; c’est ainsi qu’une main aux ongles arrachés et aux chairs blessées se plaça vis-à-vis celle de sa victime.", j'aurai plutôt écrit : "... se plaça en vis-à-vis de celle de la victime."
Dans le texte, il manque des propositions pour l'emploi de "vis-à-vis". Plus simplement on aurait pu mettre aussi : "en face de".
- Dans la phrase suivante il est écrit : "Le sang marqua la vitre d’une paume couronnée de cinq doigts croches." Par "croches", je pense qu'il s'agissait plutôt de dire "crochus", comme c'est rappelé dans l'avant-dernière phrase : "Pourtant, ses doigts crochus ne rencontrèrent rien;..".
Croche signifiant : une note qui vaut la moitié d'une noire, je ne comprendrais pas le sens de cette phrase s'il fallait garder ce mot.
- Enfin dans la phrase "...; elle désirait couvrir le martellement sur sa fenêtre, se convaincre que tout ceci n’était qu’un cauchemar." "Martellement" s'écrit plutôt : "martèlement".

Bien sûr, ces trois remarques n'enlèvent rien à la qualité de ce texte qui peut rimer avec talent. bounce
avatar
JDR
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 8
Localisation : Partout, ailleurs, mais surtout en France
Emploi/loisirs : Sans intéret, mais il faut bien manger
Votre talent : Inutile
Points : 1
Date d'inscription : 21/11/2012

http://lescontesdelasemaine.over-blog.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Commentaire pour «Apparition»

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum