Festins secrets, Pierre Jourde

Aller en bas

Festins secrets, Pierre Jourde Empty Festins secrets, Pierre Jourde

Message  MrSonge le Sam 12 Sep 2009 - 9:21

Festins secrets, Pierre Jourde Couv_festins_secrets-eb133

Deux mots sur l'auteur :

Né à Créteil en 1955, Pierre Jourde enseigne la littérature à Valence. Simultanément à Festins secrets, il publie l'essai Littérature et authenticité qui questionne en profondeur la notion même de littérature et la pratique de l'écriture, et jette un éclairage décisif sur ses deux précédents livres : La Littérature sans estomac et Pays perdu.
Thèmes du roman :

Dans ce roman, Jourde aborde la déliquescence du système scolaire français à travers le récit d'un jeune enseignant de français progressiste, Gilles Saurat, nommé pour son premier poste dans un sombre et violent collège de province et qui perdra progressivement ses illusions face à des élèves qui ne s'avèrent être que de petites crapules ignorantes. Ce roman à la fois réaliste, avec une dénonciation du tout pédagogique qui a sévi dans les collèges et lycées français ces dernières années et de la complaisance des enseignants face à une violence injustifiable, est aussi une virulente charge contre les hypocrisies de la bourgeoisie provinciale ainsi que la violence de la société française contemporaine qui n'hésite pas à sacrifier ses enfants. Ce récit à la stratégie narrative complexe avec tutoiement au lecteur, remise en cause du pacte auteur/lecteur par un narrateur peu fiable, réalisme qui sombre dans le fantastique fut remarqué à sa sortie et obtint, sauf erreur de ma part, de nombreux prix.

La première phrase :
Il faut que tu parviennes à te souvenir.

La dernière phrase :
"Comme ça", souffles-tu aimablement, "je connaîtrai vos pensées."

Un court extrait :
Le coeur de tes nuits est gagné par le tumulte. Des épouvantes inconnues te dressent sur ton lit, en pleine obscurité. Tu te rendors à l'aube. Tu sortiras en sursaut de ta seconde nuit, la tête lourde, pour t'apercevoir que tu es en retard, que tu as à peine le temps de t'habiller, sans prendre le petit-déjeuner, de sauter dans la voiture froide, encore poisseux de ta nuit épuisante.

Résumé :

Par cette fin d'après-midi d'un début de siècle, tout semble en ordre à bord du direct Paris-Logres : sur une banquette de moleskine aussi orange que possible somnole un jeune professeur aussi progressiste que souhaitable, en route vers son premier poste dans "une obscure sous-préfecture d'un département de forêts et de mines désaffectées".
Parvenu à destination, Gilles Saurat se retrouve en plein "cauchemar du mammouth". Ou comment enseigner les subtilités de la langue et de la littérature françaises à de jeunes brutes tout juste capables d'aligner une cinquantaine de borborygmes. Avec pour seule aide des circulaires de l'Éducation nationale rédigées dans un esprit que n'auraient pas renié Franz Kafka et Edgar Poe associés.
Entre deux mauvais rêves, d'étranges dîners de têtes réunissent des notables adonnés aux ragots, à l'extrémisme politique et aux sciences occultes qui s'efforcent d'initier l'enseignant novice à des plaisirs défendus.
La petite ville où Pierre Jourde a dressé son chapiteau est un condensé effrayant et dérisoire des sociétés contemporaines.

Quand on est un jeune intellectuel équilibré et progressiste, débuter sa carrière dans un collège infesté par la violence et l'antisémitisme pourrait suffire à engendrer des doutes. Il y a pire. Se laisser entraîner dans un cercle de notables provinciaux adonnés aux sciences occultes, à l'extrémisme politique et aux perversions sexuelles. Découvrir le contenu atroce de la bibliothèque d'un collectionneur mystérieusement disparu. Se demander s'il ne va pas revenir demander des comptes. Finir par se croire manipulé, ou possédé. Peu à peu monte l'angoisse d'être parasité par une autre personnalité. Mais laquelle ?

Mon avis :

On connaissait Pierre Jourde pour son talent de pamphlétaire, lors de cette Littérature sans estomac qui sut avec humour et brio donner bien des aigreurs au journal Le Monde et à ses servants, à ces écrivains qui dilatent leur anorexie romanesque avec les boursouflures d'un moi aussi insignifiant qu'exhibé. Le voici qui met enfin ce talent au service du roman. Pierre Jourde n'aura pas persiflé en vain ses contemporains français, il est capable de faire mieux, de lever des " secrets " bien gardés, de nourrir l'appétit de ses lecteurs avec ses " festins " : secrets de polichinelle de l'Éducation nationale, festins érotiques fort troubles pour un roman d'éducation.

Jourde signe encore un coup de force et un coup de maître littéraire. Quel style ! Quelle maîtrise du rythme, de la musique, de l'agencement des mots ! Quelle force dans la mise en scène, dans l'installation d'une atmosphère !
La petite ville de Logres est un condensé ténébreux, effrayant et dérisoire.
Aux limites du réalisme et du fantastique, il se livre à une nouvelle inquisition, à un décorticage de la sexualité moderne, à une satire cruelle du monde éducatif et du monstre médiatique, à une anthologie des mauvaises pensées, à un récit métaphysique sur le Mal, sur le double, sur le diable. Nihiliste jusqu'au bout de la plume, Jourde martèle, brocarde et dénonce la laideur du monde contemporain. Il n'oublie rien ni personne : l'antisémitisme, la perversion, la manipulation politique, la sexualité, l'occultisme, la démagogie, la bêtise, la folie, et toutes les monstruosités humaines. Il brosse des portraits terriblement noirs (et justes…) d'une certaine bourgeoisie de province qui s'adonne aux ragots.
Festins secrets : un pavé de plus de 500 pages qui dégouline de colère, qui suinte, qui poisse, qui exaspère parfois ou qui fait hurler de rire, et qui colle aux doigts. On ne peut le quitter car il aimante salement, grâce à un style oratoire fabuleux, et aussi à ces personnages secondaires comme ces femmes à la personnalité si particulière, si lumineuse dans les ténèbres... Rien n'est laissé au hasard dans ce livre, tout compte, tout travaille : ses zygomatiques aux glandes lacrymales. L'angoisse et le malaise s'immiscent au fil des pages humides en un raffinement esthétique impressionnant.
Ce festin ne sera certainement pas partager par de nombreux convives. Mais Jourde s'en fout, il a l'habitude des coups. Jourde écrit la laideur d'aujourd'hui et, semble-t-il, ne peut s'interdire, malgré les lâches et les coups bas, d'allumer la flamme d'un plaisir raffiné, celui d'une lecture qui sort des grands courants mercantiles. Jourde est un écrivain qui imprime sa marque de fabrique livre après livre, quitte à ne toucher qu'un "petit" public.
Si vous êtes prêts pour un Paris-Logres (prononcez-le à voix haute, vous comprendrez ce qui vous attend) laissez-vous tenter, c'est un plat ténébreux pour gourmet, un plat paradoxalement jouissif.

Superbe histoire aussi impeccable qu’effrayante, ce roman est une réussite totale, brillante, intelligente et dérangeante. Un auteur à découvrir au plus vite et la preuve que la littérature francophone dispose encore de quelques empêcheurs de publier en rond.
A ce titre, Festins secrets est un livre qui ne fait pas que du bien, il rassure...

__________________________________
"Dans un roman, on doit retrouver l'univers de l'écrivain du début à la fin, dans une seule phrase, la première venue."
(M-E Nabe)

"C'est avec la tête qu'on écrit. Si le coeur la chauffe, tant mieux, mais il ne faut pas le dire. Ce doit être un four invisible.."
(G. Flaubert)
MrSonge
MrSonge
Très Haut Guide Spirituel
Très Haut Guide Spirituel

Masculin Nombre de messages : 6242
Age : 27
Emploi/loisirs : Etudiant en Lettres, 2ème année, Français & Philosophie
Votre talent : Écriture
Points : 6232
Date d'inscription : 16/10/2008

http://amicusveritatis.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum