Eclairez ma lanterne [Edilivre]

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Aller en bas

Re: Eclairez ma lanterne [Edilivre]

Message  Pacô le Ven 30 Jan 2015 - 15:51

Toujours conformément à notre philosophie de transparence et de non affiliation avec des éditeurs que nous n'avons pas rencontrés, nous faisons simplement suite au "partenariat" avec Edilivre.

Les noms des dix sélectionnés sont tombés et annoncés à cette adresse :
http://www.edilivre.com/communaute/?p=66740

Suivi du message officiel de la part de l'éditeur :

EDILIVRE a écrit:2 101 auteurs ont participé à la 2ème édition de "48 heures pour écrire", le 1er concours d’écriture francophone.
Le jury, composé de 300 auteurs et lecteurs, vient enfin de dévoiler les 10 nouvelles finalistes.
Pour lire les 10 textes finalistes, rendez-vous sur cette page :
http://www.edilivre.com/communaute/?p=66740
 
A présent, le Grand Jury va se concerter pour choisir les 3 nouvelles gagnantes.
Parallèlement, nous appelons tout le monde à voter sur Facebook jusqu’au 25 février afin d’élire le Prix du Public.

Je vous invite donc à proposer à votre communauté de lire les nouvelles finalistes et de voter pour leurs préférés sur Facebook.

Bonnes lectures à ceux qui seraient tentés... Wink.

__________________________________
« Choisir est exclure. Que l’Empire soit intégré ou non dans notre société, chaque individu se verra ravi ou vilipendé. Espérons alors que ce choix sera réfléchi avec sagesse et que tous comprendront l’embarras du verdict. »
Sénateur Nixon, bras droit de Terrae.

avatar
Pacô
Admin à la retraite

Masculin Nombre de messages : 16004
Age : 26
Localisation : Clermont-Ferrand
Emploi/loisirs : Etudiant
Votre talent : Écriture
Points : 12756
Date d'inscription : 07/08/2007

http://imperialdream.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eclairez ma lanterne [Edilivre]

Message  Edilivre le Mar 7 Juil 2015 - 10:02

Bonjour à toutes et à tous,


Nous, les Éditions Edilivre, avons pris connaissance de vos commentaires et interrogations, et souhaiterions exercer notre droit de réponse afin d’éclaircir quelques points, qui seront :



  1. Sélection des ouvrages
  2. Type d’ouvrages publiés
  3. Services de relecture et d’aide à la réécriture
  4. Edilivre et les libraires
  5. Droits d'auteur
  6. Propriété intellectuelle
  7. Exemplaires gratuits
  8. Le rôle de notre service de communication et la promotion des ouvrages



  • Sélection des ouvrages

Nous vous confirmons que nous disposons bien d’un comité de lecture, qui se charge de réceptionner les manuscrits que nous recevons et de déterminer s’ils correspondent à nos critères de sélection. Vous le savez, Edilivre est bien plus indulgent que les maisons d’édition traditionnelles. Nous refusons en moyenne 30% des ouvrages qui nous parviennent, sur des critères de forme et non de fond : qualité du style d’écriture, orthographe, etc.

  • Type d’ouvrages publiés

Nous ne jugeons pas un ouvrage sur son contenu. Les Éditions Edilivre sont ouvertes à tous types d’ouvrages et de genres. Les collections mentionnées dans cette discussion n’existent plus depuis quelques années.

  • Services de relecture et d’aide à la réécriture

Après sélection, si nous jugeons qu’un ouvrage vaut la peine d’être publié pour son contenu mais que l’orthographe ou la syntaxe par exemples sont juste passables, nous proposons à l’auteur nos services optionnels payants de relecture et d’aide à la réécriture. Le tarif de notre service optionnel de lreecture professionnelle avec corrections orthographiques, grammaticales et typographiques est de de 4,50 € à 6 € / page, selon le nombre de pages. L'aide à l'écriture professionnelle avec relecture et correction orthographique, grammaticale, syntaxique et typographique coûte de 8 € à 9,50 € / page, selon le nombre de pages. Libre ensuite à l’auteur de suivre nos conseils ou de refuser ces options. Nous ne forçons personne à rien. Nous ne retirons pas l’opportunité à l’auteur d’être publié s’il ne souscrit pas à une option payante. Ces services sont réalisés par des professionnels.

  • Edilivre et les libraires

De nombreux libraires sont ravis de travailler avec Edilivre. Nous en comptons plus de 3 000. Je vous invite à lire cet article à ce sujet, qui je l’espère vous apportera des éclaircissements.

  • Droits d’auteurs

Nous avons dû mettre en place un seuil de 79€ pour les droits d'auteur et une date unique de versement par an (au cours du premier trimestre de chaque année) car sans cela, la gestion des droits d'auteurs serait impossible avec plus de 20 000 livres publiés. Cela entraînerait un trop grand nombre de versements. Cette gestion ne pouvant être automatisée, les moyens humains ne pouvant être mis à disposition, nous avons donc dû mettre en place cette spécificité. Si ce seuil n'est pas atteint en une année, les droits sont reportés sur l'année suivante et cumulables, et ainsi de suite les années suivantes. Il est rare qu’un auteur n’atteigne pas ce seuil. Il n’est nullement question d’une clause de 500 exemplaires comme il a été mentionné dans ce fil de discussion.
Sur les ventes au format papier, nos auteurs touchent 20% sur les ventes sur Edilivre.com et 10% sur les autres ventes hors Edilivre.com. Sur les ventes au format numérique, 70% sur les ventes sur Edilivre.com et 15% sur les autres ventes hors Edilivre.com

  • Propriété intellectuelle

Pour chaque livre publié, Edilivre attribue un ensemble d’éléments qui garantissent à l’auteur la paternité et la propriété de son œuvre : nous signons avec l’auteur un contrat de publication ; nous attribuons à chaque format de son livre mis en vente (papier et numérique) des numéros ISBN ; nous procédons au dépôt légal à la BNF d’un exemplaire du livre au format papier.
Les auteurs disposent de tous les droits pour l'adaptation cinématographique et audiovisuelle de son ouvrage. Edilivre n'intervient pas dans la relation entre l’auteur et les acteurs de l'adaptation (producteurs, scénaristes, etc.).

  • Exemplaires gratuits

Puisque nous imprimons à la demande et que notre offre de base est déjà entièrement gratuite, Edilivre ne peut malheureusement pas se permettre d'offrir des ouvrages. Nous offrons à nos auteurs des tarifs préférentiels allant jusqu’à -40% selon le nombre d’exemplaires achetés :
   1 à 9 exemplaires -10%
   10 à 29 exemplaires -15%
   30 à 49 exemplaires -20%
   50 à 99 exemplaires -25%
   100 à 299 exemplaires -30%
   À partir de 300 exemplaires -40%
Un seul cas de figure existe dans lequel nous offrons des ouvrages gratuits : si un journaliste est intéressé par l’ouvrage d’un auteur, le journaliste doit nous en faire la demande et nous lui fournirons gratuitement un ouvrage avec accord de l’auteur.

  • Le rôle de notre service de communication et la promotion des ouvrages

Chez Edilivre, notre principale promesse est d’éditer et de distribuer gratuitement un plus grand nombre d’auteurs que les éditeurs traditionnels. L’avantage de notre modèle est de pouvoir éditer tous types d’auteurs, aussi bien les plus que les moins expérimentés, les « fils de » comme les parfaits inconnus, sans que cela ne représente un investissement financier pour eux (sauf services payants mais optionnels, dont les prix sont indiqués en toute transparence sur notre site) et ainsi pouvoir donner une chance d’émerger à chacun. La contrepartie de cette promesse est de ne pas pouvoir assurer le même travail de promotion que les éditeurs traditionnels.
Nous vous confirmons bien que nous avons un service de communication à disposition des auteurs. Celui-ci fait un travail indispensable et accompagne les auteurs dans leurs démarches promotionnelles telles que leur présence dans des salons ou l’organisation de dédicaces. Nous fournissons à nos auteurs le plus d’outils possibles pour faciliter la promotion de leur livre, mais ceux-ci en sont eux-mêmes les pièces maîtresses - nous sommes clairs sur ce point, chacun en est informé avant signature du contrat (ce point y est d’ailleurs précisé noir sur blanc). Nous rédigeons régulièrement des articles pour donner des conseils de promotion et avons mis en place 27 Clubs Auteurs afin que les auteurs de chaque région de France, plus de Suisse, Belgique, Maghreb et Canada puissent facilement se retrouver et échanger de bonnes astuces de promotion. Je vous invite à lire cet article pour bien saisir le rôle de notre service de communication.
Il est vrai que certains de nos auteurs vendent peu d’ouvrages. Dans beaucoup de cas, il s’agit d’un auteur qui souhaitait simplement publier son ouvrage pour « l’avoir dans les mains » et ne souhaitait pas en faire la promotion. Ce qui, en soit, et tout à leur honneur. Pour d’autres, la promotion de leur ouvrage ne s’est passée comme ils, et nous, l’aurions désirée : manque de temps, d’investissement, etc. Nous le regrettons autant qu’eux et sommes navrés de voir que certains ont été déçus.
Nous mettons tout en œuvre pour que notre modèle soit le plus clair et le plus transparent possible. Chacun doit donc bien être contient de notre positionnement afin d’éviter les déceptions des deux côtés.

Nous restons à votre disposition pour toute question par mail à client@edilivre.com ou par téléphone au 01 41 62 14 40, ainsi que sur ce fil de discussion.

Merci à tous,
L’équipe d’Edilivre.
avatar
Edilivre
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 2
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 13/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eclairez ma lanterne [Edilivre]

Message  Hybrid le Mar 7 Juil 2015 - 22:00

Bonsoir, je me permets d'intervenir dans cette conversation (que je suivais de loin jusqu'à présent) car plusieurs de vos réponses m'ont fait hausser les sourcils. Au moins.

Je précise que je ne suis pas auteure chez vous ni en passe de l'être. Je me pose en intervenante neutre et curieuse.  

Tout d’abord, et en ce qui concerne les services payants d'aide aux auteurs, je ne citerai pas les autres interventions des participants du forum. Ce "service" est pour moi attaché au travail d'un éditeur... Publier un livre moyen, voire mauvais, ne rend service à personne, tant à vous qu'à l'auteur (mauvaise publicité pour l’auteur, mauvaise image pour l’éditeur, perte de crédibilité, baisse des ventes etc etc…). Et comme Mémoire et Pâco le précisaient à la première (ou peut-être deuxième) page de ce sujet, être publié chez vous entraîne l'impression d'un "mauvais bagage" lorsque l'auteur tente de se rapprocher d'une autre maison d'édition, ce qui n’est pas forcément justifié et, quelque part, le lèse...
Sachez que j'ai trouvé chez vous, il y a quelques années, un roman qui m'avait beaucoup plu (j'ignore comment j'avais trouvé cette perle au milieu de votre catalogue surchargé), donc je sais d'expérience que certains des romans que vous éditez peuvent être bons, en tout cas pour mes goûts de l’époque. Je n’ai pas le souvenir d’une plume mémorable, mais l’histoire m’avait vraiment plu. Hélas, je ne crois pas qu'il s'agisse de la majorité. De fait, votre image en pâtit, ce qui rejaillit sur tous les acteurs liés à votre société. Ce qui est dommage, car j'ai le sentiment que vous tentez de l'effacer, et de redonner un coup de lustre dessus depuis quelque temps (je ne sais pas si vos efforts paient… ?).

Ensuite, j’aimerais un éclaircissement. Vous parlez de 10% de droits d’auteur pour un livre papier, qui passe à 20% s’il est acheté sur votre site. Concernant le livre numérique, il passe de 15% à 70% de droits d’auteurs s’il est acheté sur votre site !!
Qu’est-ce qui explique cette différence énorme entre les deux ? La marge prise par les autres plateformes de vente est-elle si énorme ? Je ne connais pas le marché, mais ça me semble… exagérément exagéré (c’est dire !). On ne parle ici que de transaction informatiques… il n’y a pas d’impression, d’acheminement, de frais de poste… j’ai beaucoup de mal à comprendre ce qui peut justifier une telle différence.

À cela, j’ajouterai deux points que je trouve aberrants :
o Le premier, c'est que vous n'accordiez pas d'exemplaire gratuit à l'auteur (l'auteur ! Celui qui a ECRIT le livre !), ne serait-ce qu'un, alors que vous êtes prêts à faire cet effort financier pour un journaliste.
Au même titre que le journaliste, l'auteur peut lui aussi devenir vendeur, ne serait-ce que par le bouche à oreilles, auprès de son entourage et de sa famille, s’il s’y prend bien... Donc pourquoi ne pas lui permettre d'obtenir au moins un exemplaire de ce qu'il a passé des jours et des nuits à écrire ? Pour le coup, j’ai presque envie de dire que c’est de l’ingratitude envers un auteur qui vous confie son travail.

o Le second, c’est qu’en dépit de la présence d'un « comité de lecture », vous ne jugiez les livres que sur la forme et non le fond. J'ai bien compris que vous souhaitiez permettre à un maximum d'auteurs d'accéder à la publication, mais non seulement j'ai le sentiment que 1) vous perdez contact avec votre rôle d'éditeur en n'en tenant tout simplement pas compte, mais aussi que 2) vous fourvoyez certains auteurs qui pensent avoir un livre "publiable" alors qu'en fait, il est juste écrit correctement.
Vous le répétez dans vos deux premiers points, je vous cite :

Nous refusons en moyenne 30% des ouvrages qui nous parviennent, sur des critères de forme et non de fond : qualité du style d’écriture, orthographe, etc.
Nous ne jugeons pas un ouvrage sur son contenu.


Vous ne jugez pas sur le contenu ????? Vraiment ?! Que vous ne vous souciiez pas du genre (roman, essai, recueil, biographie…) ok, mais du contenu ? Du sujet du livre ? Des péripéties, des thèmes abordés ? Non ?
Dans un cas très extrême, vous publieriez un livre sur l'apologie du terrorisme s'il était écrit convenablement, en bon français et sans faute ? Puisque vous ne « jugez pas l'ouvrage sur le contenu », cela pourrait arriver !
De manière moins extrême, admettons un roman où un personnage meurt au chapitre 1 et réapparaît au chapitre 10, sans explication ni rien de ce genre, cela passerait également, malgré l’énorme lacune scénaristique ? Tant que c’est bien écrit ? Les incohérences et autres invraisemblances ne sont pas étudiées ?
J’espère qu’il s’agit d’un lapsus de votre part, sinon je trouve ça très inquiétant.

Vous vous qualifiez vous-même "d'Editions Edilivre" dans votre introduction, alors que de toute évidence, sans juger sur le contenu, vous ne faites pas de travail d’édition. Je veux bien concevoir que votre niveau d'exigence soit moindre au vu de votre objectif de publier un maximum d'auteurs, cela oui. Qu’il y ait des romans (ou autres !) un peu particuliers, un peu faibles ou dans tous les cas « perfectibles »… pourquoi pas, mais ne juger que le style sans s'attarder sur le fond... enfin !  

Je m’arrêterai là, je m’attarde seulement sur le fait que j’apprécie votre démarche d’éclaircir et compléter certains points concernant votre fonctionnement et vos objectifs, d’intervenir sur le forum et donc répondre à des questions que plusieurs auteurs (en herbe ou confirmés) se sont posées à votre sujet. En cela, vous êtes clairs et il n’y a rien à redire. Nous savons d’expérience que tous les éditeurs ne se prêtent pas au jeu…

Dommage que votre réponse ne soit pas arrivée deux ans plus tôt, presque jour pour jour… soit au moment où elle était attendue (voir ici : http://imperialdreamer.1fr1.net/t3285p30-eclairez-ma-lanterne-edilivre#90383)  Wink

__________________________________
Une sorcière amnésique à la recherche de son passé... Que s'est-il passé, il y a trois ans ?
L'Hybride : le Démon
Lisez-moi sur Wattpad : https://www.wattpad.com/user/AmlieAndrea
avatar
Hybrid
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 467
Age : 36
Localisation : devant mon pc
Emploi/loisirs : Lecture, écriture, musique (guitare, piano)
Votre talent : Écriture
Points : 294
Date d'inscription : 06/01/2009

http://lhybrideenligne.wixsite.com/lhybride

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eclairez ma lanterne [Edilivre]

Message  Edilivre le Ven 10 Juil 2015 - 14:52

Bonjour,

Merci Hybrid pour votre retour.

être publié chez vous entraîne l'impression d'un "mauvais bagage" lorsque l'auteur tente de se rapprocher d'une autre maison d'édition, ce qui n’est pas forcément justifié et, quelque part, le lèse... 

Les auteurs viennent chez nous en sachant dans quoi ils s'engagent. Il est vrai que certains de nos ouvrages sont d'une qualité juste passable. Si un auteur découvre cela après coup, il ou elle est libre de résilier son contrat à tout moment, car nous ne pas de menottons nos auteurs, et de trouver un éditeur plus sélectif, qui nous l’espérons pour eux, les acceptera.

Ensuite, j’aimerais un éclaircissement. Vous parlez de 10% de droits d’auteur pour un livre papier, qui passe à 20% s’il est acheté sur votre site. Concernant le livre numérique, il passe de 15% à 70% de droits d’auteurs s’il est acheté sur votre site !!
Qu’est-ce qui explique cette différence énorme entre les deux ? 

Nous devons rémunérer plusieurs prestataires : cela enlève de la marge sur le prix de vente, les droits d'auteurs en sont donc logiquement réduits.

Au même titre que le journaliste, l'auteur peut lui aussi devenir vendeur, ne serait-ce que par le bouche à oreilles, auprès de son entourage et de sa famille, s’il s’y prend bien...

Notre modèle économique ne nous permet pas de pouvoir offrir un exemplaire à chaque auteur que l'on publie. Si nous nous engagions à offrir un exemplaire, à chaque auteur publié, Edilivre ne serait pas rentable et ne pourrait pas exister. Ce n'est pas parce nous n'offrons pas de livre que nous n'offrons rien aux auteurs et que nous n'investissons pas sur eux. Malheureusement, en général, ce qui est gratuit n'a pas de valeur aux yeux de ceux qui en bénéficient. Lorsqu'Edilivre publie un auteur gratuitement, il y a en moyenne 6 personnes différentes qui travaillent en cumulé plus d'une semaine pour permettre à l'auteur de publier son livre gratuitement. Il s'agit de personnes payées par nos soins, ce qui représentent déjà un investissement financier sur chaque auteur. Je peux vous assurer que de nombreux auteurs qui critiquent notre modèle ne se rendent pas compte de cela. Sachez que 20% de nos auteurs ne vendent aucun livre. Cela représente déjà une perte importante pour nous, nous qui laissons une chance là où la plupart des éditeurs traditionnels ferment leur portes. Je n'essaie pas de vous convaincre, mais j'essaie d'être le plus transparente possible avec vous afin de vous aider à comprendre pourquoi nous ne pouvons donc pas offrir un simple livre à chaque auteur que nous publions.

Vous ne jugez pas sur le contenu ????? Vraiment ?! Que vous ne vous souciiez pas du genre (roman, essai, recueil, biographie…) ok, mais du contenu ? Du sujet du livre ? Des péripéties, des thèmes abordés ? Non ?
Dans un cas très extrême, vous publieriez un livre sur l'apologie du terrorisme s'il était écrit convenablement, en bon français et sans faute ?

Notre comité de sélection rejette environ 30% des ouvrages reçus, sur la forme, c'est vrai. Ce n'est pas pour autant que nous publions TOUT parmi les ouvrages restants correctement écrits. Si un ouvrage nous parvient et comme vous le dites, dans un cas extrême, fait l'apologie du terrorisme, nous ne le publierons bien sûr pas. Lorsque je dis que nous ne jugeons pas sur le contenu, je veux dire que nous n'avons pas de ligne éditoriale stricte. Nous sommes une maison d'édition alternative généraliste. Nous publions tout type de manuscrits traitant de thèmes en tout genre, tant que ceux-ci ne vont pas à l'encontre de droits fondamentaux. Si un manuscrit contient des thèmes racistes, islamophobes, homophobes, bref, qui incitent à la haine, nous le refuserons. De même si un livre n'a ni queue ni tête, si le schéma narratif est sans dessus dessous, nous n'allons pas le publier, mais cela relève plus de la forme que du fond.  

J'espère avoir pu répondre à vos interrogations. Merci de nous laisser le droit de nous exprimer.
avatar
Edilivre
Talent Hasardeux
Talent Hasardeux

Masculin Nombre de messages : 2
Votre talent : Écriture
Points : 0
Date d'inscription : 13/06/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eclairez ma lanterne [Edilivre]

Message  Hybrid le Ven 10 Juil 2015 - 19:32

Vous avez une ligne de conduite (certes atypiques) et vous vous y tenez. On ne peut effectivement pas avoir le beurre et l'argent du beurre... Je trouve quand même dingue que la rémunération des prestataires coûte à l'auteur 55% de l'argent qu'il va toucher sur une vente. Je ne m'imaginais pas qu'une telle part leur serait destinée. Mais comme je n'y connais rien, aussi...

Dans tous les cas, merci de votre réponse, très détaillée et claire. Il est toujours intéressant de pouvoir échanger pour éclaircir les choses.

__________________________________
Une sorcière amnésique à la recherche de son passé... Que s'est-il passé, il y a trois ans ?
L'Hybride : le Démon
Lisez-moi sur Wattpad : https://www.wattpad.com/user/AmlieAndrea
avatar
Hybrid
Talent Confirmé
Talent Confirmé

Féminin Nombre de messages : 467
Age : 36
Localisation : devant mon pc
Emploi/loisirs : Lecture, écriture, musique (guitare, piano)
Votre talent : Écriture
Points : 294
Date d'inscription : 06/01/2009

http://lhybrideenligne.wixsite.com/lhybride

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eclairez ma lanterne [Edilivre]

Message  Thoutmes le Ven 10 Juil 2015 - 20:21

Je ne peux que partager les remarques de HYBRID. Sauf, peut-être, sur un point : mon expérience professionnelle me fait mieux mesurer les coûts d'une organisation vaguement pyramidale.
Je suis intervenu pour aider une jeune auteur (je ne mets pas de "e", conformément aux règles académiques en vigueur) à sortir d'un contrat passé avec vos services. Je dois reconnaître que j'ai été surpris de la facilité avec laquelle vous avez accédé à sa demande malgré le contrat signé (sans bien en mesurer la portée). Je m'attendais à devoir sortir "la massue" mais vous avez réagi de façon correcte.
Votre démarche de clarification plaide également en votre faveur.
Je crois, malheureusement, que de nombreux néophytes sont tout à la fois immodestes (j'en fais nécessairement partie) et incapables de bien peser la complexité d'un contrat et de ses arcanes. Je n'ose même pas imaginer leur perception des volumes de vente.
J'avais fait un calcul basique mais pas irréaliste : si un livre a un coût unitaire de production de l'ordre de 3€, que je ne finance aucune charge annexe (relecture, corrections, etc.) et que je demande 2000€ à l'auteur pour l'éditer (coût marginal de l'ordre de 500€). Ai-je intérêt à le produire réellement et à le diffuser ?  Non, bien sûr... Par contre, le produire à l'unité, pourquoi pas...
Vous répondez en partie à un besoin social de reconnaissance et je considère que c'est important, mais vous devriez peut-être également assurer un suivi plus "social" de ceux qui s'adressent à vous. Est-ce que le modèle économique correspondant resterait viable ? Je l'ignore, mais c'est à vous de le vérifier.
avatar
Thoutmes
Talent Habitué
Talent Habitué

Masculin Nombre de messages : 207
Age : 70
Localisation : Touraine
Emploi/loisirs : Héhé...
Votre talent : Aucun
Points : 128
Date d'inscription : 07/02/2014

http://cavespainctes.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Eclairez ma lanterne [Edilivre]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 4 sur 4 Précédent  1, 2, 3, 4

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum